Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


Un trésor dans le Coerthas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un trésor dans le Coerthas

Message par Khorijin Dotharl le Sam 4 Juin - 23:33

La dernière réunion de la Compagnie Fantôme avait soulevé plusieurs problématiques quand à leurs prochaines dépenses à venir. L'aéronef "le Chimaera" et les armures des deux traîtres à l'Empire allaient nécessiter un approvisionnement important et donc coûteux et régulier en céruléum.
Néanmoins, ne pouvant se passer de ces avantages tactiques, les compagnons avaient ensemble cherché les possibilités à envisager.
Quelles qu'elles soient, toutes en revenaient au même point : La Compagnie Fantôme avait besoin de d'avantage de gils, ne serait-ce que pour engager un accord commercial avec Amajina et Fils.

Khorijin proposa alors une expédition à Ishgard pour profiter des chasse à la prime particulièrement bien payées et qui opposeraient la Compagnie à des créatures de taille, constituant également un bon entraînement pour les combattants. Il serait alors possible aussi de dépecer les bêtes et de vendre leur cuir aux artisans, rentabilisant doublement chaque chasse.
Bien entendu, il ne s'agissait pas d'une décision anodine, car la petite barbare semblait vouloir restaurer sa veille armure de Chevalier Dragon. Effectivement peu commun pour une Xaela, celle-ci précisa que sa formation n'avait pas été faite dans les règles de la Sainte cité : Une escouade dirigée par une Elezenne du nom d'Hermance Drieux recrutait des prodiges dans les camps de chasseurs de dragons, préférant dénicher des talents peu communs et des combattants sincères, plutôt que de riches héritiers recommandés par leurs influents patriarches.

L'armure des Chevaliers Dragons étant fabriquée dans un procédé particulier et cette dernière étant liée à la fois au cristal et à son porteur, il était impossible de simplement en racheter ou en fabriquer une nouvelle. De plus, ces armures permettaient a leurs combattants d'utiliser des techniques particulières, auxquelles la Xaela n'avait plus accès depuis longtemps.
Mais pour restaurer son heaume et son plastron, il allait falloir l'expertise d'un connaisseur. Khorijin craignait alors que le courroux des plus conservateur d'Ishgard ne la destituent de son cristal, voir de sa tête.
De longues recherches au préalable ne lui avaient donné que de maigres résultats, ne récupérant que quelques informations incertaines de la part d'un vieil ivrogne de la Brouillasse qui affirmait connaître les bons contacts pour atteindre son objectif.
Il lui avait remis une carte sale et en mauvais état, sentant le tabac et l'alcool ou il avait dessiné une route menant à une grotte sur les flancs Nord Ouest du Coerthas Occidental.
Ici, si elle lui ramenait son trésor, il accepterait de l'aider. Les menaces et les coups de la Xaela agacée n'y changeant rien et ne disposant d'aucune autre aide sans attirer l'attention des templiers, la Compagnie opta alors pour ce plan d'action une fois qu'il fut révélé pendant la réunion.

Quelques jours plus tard, la Compagnie Fantôme se rendit alors à Ishgard, plusieurs objectifs en tête . Embarqué à bord du Chimaera, le petit groupe voyagea plusieurs heures sous les commandes d'Ion Callidus, pour se poser finalement à l'aérodrome de la sainte citée non sans quelques difficultés, tant pour l'amarrage que pour officialiser de cette arrivée non désirée.


[size=85]Illustration réalisée par Deimos[/size]

Après s'être rapidement installés dans une suite de l'auberge locale, dès le lendemain le petit groupe se prépara à traverser le Coerthas.
Mais l'épais blizzard qui les avait accueilli la veille persistant, le pilote et sa compagne déconseillèrent l'utilisation de l'aéronef, au risque de mettre sérieusement en danger la survie de l'ensemble du groupe. Les deux anciens impériaux restant alors sur place pour entretenir l'appareil, le reste de la troupe se dirigea vers les écuries royales, louant suffisamment de chocobos pour tout le monde, les plus légers d'entre eux grimpant à deux sur une seule bête.

Les deux Dotharl en tête sur le lourd destrier du Chevalier noir, le convoi s'engagea alors sur une route dessinée par un ancien cours d'eau gelée, sinuant à travers les plaines glacées.

Le blizzard toujours présent, le vent déchaîné et glacial soufflait sans s'épuiser, portant avec lui d'épais flocons de neige venant s'écraser sur les parties de peau non protégées comme de petites morsures désagréable.
Alors qu'ils s’enfonçaient de plus en plus loin dans la région, l'épais brouillard se faisait plus intense et rendait la chevauchée incertaine. Il était même devenu impossible de distinguer les pattes de leurs montures et ceux qui s'éloignaient de trop n'étaient que de vagues forme obscures à travers le brouillard.


De temps en temps, la Xaela grimpait sur les épaules du Chevalier impassible pour tenter de voir un peu plus loin devant eux, toujours en consultant la veille carte et une boussole dont elle ne semblait pas réellement maîtriser le fonctionnement.
Arrivant finalement sur le devant d'un pont en pierre, la Xaela mit en garde ses compagnons sur la possibilités d'être attaqués sur ce dernier. Se rassemblant tous autour du Destrier sombre, l'équipe avança avec lenteur au rythme des claquements de sabots, seul son semblant réussir à percer les sifflements du vent.
Pendant de longue minutes et sur plusieurs yalms ils n'eurent la confirmation d'avancer qu'au gré des quelques lueurs le long de l'édifice de pierre et de glace, car un coup d'oeil derrière ou devant ne donnait vue qu'une sur une épaisse purée de poix blanchâtre et donnait cette désagréable sensation d'être perdu au milieu de rien et de nulle part.


Les pattes des montures finirent par toucher de nouveau la neige pour suivre à nouveau un simili de route. Enfoncés profondément dans le Coerthas, les rencontres avec la faune se feraient alors plus probable. Le vent portait parfois quelques bruits difficilement identifiables : Des raclements sur la pierre, des froissement dans la neige et des ombres imaginaires dans la brume glaciale.
Mais petit-à-petit, un bruit lourd et régulier semblait se faire plus présent autour d'eux, intimant la désagréable sensation qu'à présent un prédateur les avait repéré.
Des loups ? Ou peut être l'une de ces créatures sauvages que les chasses à la primes annonçait ?

Progressivement, le bruit qui avait été étouffé par le vent se présenta plus distinctement comme un lourd battement d'aile. Les pulsions lentes et lourdes annonçant l'imposante carrure de la créature en approche. Alors que les plus attentifs commençaient à distinguer une masse sombre au dessus d'eux, un long grondement suivit de la lueur d'une flamme attira les regards.
Un Ajatta aux écailles grisâtres souffla avec puissance sur le groupe, enflammant quelques manteaux et plumes. Les bêtes affolées tentèrent de se débarrasser de leurs cavaliers, pour s'enfuir ou se cacher, alors que les combattants désarçonnés tentaient de rapidement dégainer leurs armes et se mettre à couvert.

Le combat contre l'Ajatta et la Compagnie s'engagea alors. Peut d'entre eux avaient déjà affrontés un Dravanien et celui ci n’était pas le plus petit qu'ils auraient pu rencontrer dans la brume. Plusieurs fois ses puissantes ailes s'agitèrent pour soulever sa masse de muscles, cherchant à profiter de sa hauteur pour décimer le groupe de son souffle ardent aux relents de souffre.
Mais sous les conseils hurlés de la Xaela, les compagnons s'attaquèrent aux ailes dès le premier envol, empêchant la créature de prendre plus d'altitude. L'assaut s’enchaîna alors, tranchant, perçant et percutant son cuir à plusieurs reprises pour l'affaiblir alors que son attention était dirigée vers le Chevalier noir, refermant sa gueule garnies de crocs sur son bras droit.
Mais, robuste, la créature repoussait régulièrement les assauts des combattants au corps-à-corps, les balayant d'un mouvement brusque.
Ce n'est qu'après de nombreuses contusions, blessures et brûlures, que la créature fut mise à terre.

Reprenant alors lentement leurs esprits, les compagnons se mirent à la recherche des chocobos aux plumes noires, mais seulement deux sur les cinq furent retrouvés.
L'épuisement commençant à gagner chacun, ils reprirent la route sans s’arrêter, ne voulant pas tenter le sort sur une autre rencontre imprévue.


Mais la nuit tombante et le blizzard persistant finirait par avoir raison d'eux qui ils ne trouvaient pas rapidement un abri. Par chance, de grandes formes circulaires furent aperçues un peu plus loin devant eux, dessinant peu à peu des moulins en s'en approchant.
Découvrant une veille ferme abandonnée et gelée par le froid, la troupe s'y réfugia pour la nuit à venir, s'installant dans les box avec un peu de paille sèche.

avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un trésor dans le Coerthas

Message par Khorijin Dotharl le Sam 4 Juin - 23:34

Le blizzard continuait de sévir sur la région, comme souvent et pendant des semaines à en croire certains habitants d'Ishgard. Réfugiés dans l'étable d'une ferme abandonnée, la Compagnie espérait un temps un peu plus calme pour repartir.
En attendant, chacun s'occupait à sa façon en se rendant utile. Entre la recherche de nourriture, les méthodes de survivalistes de chacun étaient mises -à-l'épreuve en attendant que la tempête passe.
Dans l'après midi, un petit groupe décida même de remonter la route qu'ils avaient emprunté la veille pour tenter de récupérer ce qui pourrait se vendre au marché sur l'Ajatta abattu. Prenant quelques risques mais restant prudent, cette petite escapade eut au moins le mérite de distraire ceux en manque d'activité et de mettre la main sur des matériaux rares pouvant se revendre aux marchés.

Ce n'est qu'après un autre soleil, que le blizzard s'estompa enfin. Au fil de la journée, le ciel se dégageait petit à petit pour laisser placer à un soleil ardent qui reflétait sa lumière sur la neige, étincelant comme des milliers de diamants.
La vue enfin dégagée, Khorijin jeta un nouveau coup d'oeil sur sa carte, parvenant a mieux se repérer et à présent capable de diriger le groupe vers la bonne direction. Pendant que certains s'équipaient alors pour l'aventure, d'autres garderaient le camp improvisé et leur maigre trésor, veillant également sur les plus affaiblis.

Jaghatai, Khorijin, Deimos et Jeick s'engagèrent alors sur la route tracée sur la carte, vers le Nord Ouest de la région. Ils traversèrent à nouveau les plaines gelées, cette fois sans trop de mauvaises surprises. Au bout d'une bonne heure de marche ou seul quelques loups les regardaient passer d'un oeil trop curieux, les quatre compagnons s'engouffrèrent dans une cuve rocheuse où un ancien lac gelée trônait au centre. Sans doute le points de rendez-vous de quelque troupeau autrefois, certaines bêtes toujours présentes grattant le sol de leurs sabots à la recherche de brins d'herbe.

Un peu plus loin devant eux se dessinait l'ouverture d'une large grotte creusée dans le flanc des montagnes de roches gelées. Il y avait peu de chance que la carte désigne un autre lieu que ce dernier, c'est donc avec une quasi certitude que la Xaela entraîna ses compagnons à l'intérieur.


S'armant de deux torches, le groupe s'engagea avec prudence dans la grotte. Tout de suite, c'est plus qu'un simple détail qui les frappa; une odeur lourde emplissait l'espace, venant agresser leurs narines. Comme un désagréable mélange de viande avariée et de déjections mêlées à cette odeur trop forte d'animaux d'étable.
Le moine malchanceux confirma l'hypothèse que les lieux étaient habités en marchant malencontreusement sur les restes non digérés d'une créature. Et au vu de la taille, probablement de bonne constitution.

Une grimace de dégoût sur quelques visages et le groupe continua d'avancer, chichement éclairé par les torches. La faible lueur éclaira finalement une épaisse fourrure blanche tout aussi nauséabonde que le reste.
En relevant la torche, ils ne purent pas distinguer d'ici le haut de la créature qui respirait lentement au rythme de quelques grognements, heureusement endormie. Immense, elle semblait occuper presque tout l'espace de la grotte, ne laissant qu'aux deux extrémités un petit passage d'environ un yalm.

Les deux Dotharls restèrent face à la masse de fourrure pendant que Deimos et Jeick contournaient chacun d'un coté la bête afin d'éviter l'affrontement et espérant trouver derrière elle le trésor convoité depuis leur départ d'Ishgard.
Gratifiés par les ronflements autant odorant que sonores de la bête endormie, ils parvinrent néanmoins à laisser l'animal à sa léthargie.

Derrière-lui, au fond de sa tanière, une large fosse creusée dans le sol était remplie des restes de ses derniers repas. Ossements, vêtements, morceaux d'armes et d'armures, roue de charrette, un tas de tout ce qui n'avait pu être mangé.
Mais en toute logique, le butin tant convoité ne pouvait être trouvé qu'ici.
Jeick et Deimos, un brin écœurés par les odeurs cumulées, entreprirent toutefois de fouiller la fosse.
"Quelque chose qu'on ne pouvait pas rater"
C'était là les seules indications qu'ils avaient sur l'origine du bien qu'ils devaient ramener au contact de Khorijin. Sans plus d'indices, les deux compagnons commencèrent un habile jeu d'osselets, chaque mouvement faisant tomber un ossement, puis un autre, dans une série de cliquetis continus qui menaçait à chaque tintement de troubler le sommeil de la bête.

Alors que le moine mettait la main sur une vieille montre en argent, l'archer lui, semblait toucher une plaque de métal, se terminant en une point acérée. Dégageant un peu plus l'objet, il trouva un casque ornementé mais usé.

Il n'eut pas le plaisir de l'observer d'avantage, car la créature, dérangée par tous les bruits et les odeurs dans son antre si paisible, s'éveilla dans un grognement. Lentement, se redressant sur son postérieur. Le Yéti ancien, aussi large que haut, emplissait à lui seule presque toute la grotte et n'offrait aux combattants ainsi qu'à lui même un espace très réduit pour le combat.
La bête n'eut même pas le temps d'identifier quel petits rongeurs la dérangeaient, que le Chevalier noir bondissait lourdement sur lui dans un fracas de métal sourd, sa large lame venant déchirer l'épaisse fourrure blanche pour y laisser un large sillon sanglant qui termina de le réveiller. Toujours flanquée derrière lui, la petite Xaela bondit quelques secondes après son compagnon, les dents de sa lance venant elles aussi infliger leur dose de douleur, captant définitivement l'attention du yéti de ce coté ci de la grotte.

Terminant de se redresser sur ses deux pattes, son crâne touchant presque le plafond de la caverne, le Yéti répliqua directement vers le Chevalier noir, pris pour cible principale de cet assaut incommodant.
Néanmoins, cette focalisation permis au deux autres compagnons dans le dos de la bête d'agir à leur guise, pouvant préparer un assaut plus longuement.
Le combat continua alors plusieurs minutes. Il était capital d'éviter les mouvements brutaux bien qu'assez lents de la créature qui tentait de se dégager des attaques la harcelant, se cognant contre les parois et rugissant de rage à chaque entaille.
Mais, beaucoup trop lent pour éviter ou dévier les attaques du groupe, la bête s'affaiblissait coup après coup et termina avec un certain nombre d'entaille dans son épaisse fourrure et les deux bras avant tranchés net par la large épée de Jaghatai.

Le calme enfin revenu, trois des compagnons terminèrent de fouiller la fosse pour en sortir le reste de l'armure ainsi qu'une arme, une lance, sur laquelle elle était déposée alors que le Maitre de la compagnie récupérait une partie de la précieuse maille qui habillait le corps de la créature. Khorijin étala devant elle le butin de la fosse, l'observant alors qu'elle ne doutait plus d'avoir trouvé ce qu'ils cherchaient.

L'armure complète d'un Chevalier dragon. Il restait maintenant à savoir pourquoi et comment celle ci s'était retrouvée ici, et pourquoi le vieil elezen les avait envoyés la chercher.
Les quelques hypothèses les plus évidentes furent émise, alors qu'ils quittaient la grotte et parvenaient à reprendre contact avec Ion et Aless par la perle.
Quelques heures d'attente et le Chimaera viendrait alors les chercher, puis ils passeraient par l'étable abandonnée récupérer le reste du groupe et retourner enfin vers la sainte cité, ou ils pourraient continuer la suite de leurs opérations, mais surtout, se réchauffer enfin.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un trésor dans le Coerthas

Message par Khorijin Dotharl le Mer 27 Juil - 21:49

De retour à Ishgard, la Compagnie revint s'installer dans la suite louée le temps de leur voyage à la Sainte Cité. Alors que chacun profitait d'un peu de calme et de confort après les jours passés au coeur du Coerthas, la petite Xaela avait fait quelques apparitions au Chevalier Oublié, sa mauvaise humeur ressortant rapidement devant tous ceux qui l'avaient croisée.
Elle pestait de ne pas retrouver le vieil Elezen qui lui avait confié la carte et proposé un accord sur l'échange de son bien ; la fameuse armure retrouvée dans la caverne du Yéti.
Courroucée, la Dotharl partit dans les ruelles de la cité à sa recherche, ne laissant à ses compagnons qu'un nom griffonné sur un morceau de papier et se donnant rendez vous au soir à l'auberge.

Ainsi Deimos, Jeick, Aless et Ion se retrouvèrent autour d'une table de l'auberge un bref instant avant se de lancer à le recherche du vielle Elezen.
Se perdant quelques fois dans la sainte cité, le petit groupe visita plusieurs édifices auquels ils avaient accès en tant qu'étrangers, interrogeant ceux qui avaient la politesse de leur répondre et de ne pas leur lancer de regard assassin. Malheureusement, personne ne semblait connaître ce fameux Eschont de ce coté des contreforts, néanmoins et après s'être dirigés vers la Brouillasse en fin de journée, le petit groupe eut finalement droit à quelques échanges avec les miséreux qui portèrent ses fruits.
L'homme qu'ils recherchaient n'aurait pas été vu depuis plusieurs soleils et semblerait-il, il aurait été emporté par d'autres hommes en armure.

Devant se contenter du peu qu'ils avaient glané, le reste de la Compagnie se retrouva quelques heures plus tard à la tombée de la nuit dans l'auberge afin de faire le point, chacun énonçant les maigres informations qu'ils avaient pu dénicher.


Leurs discussion fut alors captée par un Chevalier de la maison Fortemps : Gaedon Sorel. D'abord méfiants comme souvent, les membres de la Compagnie échangèrent quelques mots avec l'Elezen avant de s'éloigner finalement de l'auberge.
Toujours méfiante mais aussi consciente que l'Elezen pouvait représenter un atout dans ses recherches, Khorijin donna alors le nom de l'homme disparu, celui-ci lui devant les réparations d'une certaine armure contre un service dores et déjà effectué. Sans chercher à être trop indiscret, leur nouvel allié de la soirée leur conseilla d'interroger les grandes maisons de la sainte cité après avoir questionné les templiers, en charge de l'ordre au sein de la sainte-cité.
Mais là encore, il ne semblait pas y avoir de traces de l'homme après qui ils courraient depuis la matinée, bien que connu pour quelques bagarres.
Même si ce fut encore un échec pour l'enquête, la Compagnie s'évita certainement des heures de discussion infructueuses avec la garde par l'appui du Chevalier Gaedon. Celui-ci les quitta alors que le groupe se dirigeait à nouveau vers les contreforts, à la rencontre des grandes maisons d'Ishgard sous les conseils de leur nouvel allié d'un instant.


Se retrouvant près d'une fontaine, le groupe discuta finalement à voix basse pour condenser toutes les informations qu'ils avaient pu trouver.
Eschont Ligefoy, un vieil Elezen que Khorijin avait trouvé à Ishgard par le bouche-à-oreille de la Brouillasse, prétendait savoir comment réparer son armure de Chevalier Dragon en respectant les procédés qui garderaient les propriétés particulières infusées dans les pièces.
L'homme avait échangé une carte avec la Xaela, indiquant une grotte dans les flancs Nord-Ouest du Coerthas occidental où ils avaient trouvé une armure complète, d'une taille dépassant largement celle de Khorijin et qui de toute évidence devait appartenir à l'elfe disparu.
Le groupe s'interrogea alors sur ce dernier point. Si l'armure lui appartenait, pourquoi était-il à présent déchu de sa situation et traînant comme un miséreux à la Brouillasse et pourquoi avait-il disparu à présent ?

Alors qu'ils continuaient de parler et d'échanger sur le sujet, un mouvement derrière la fontaine capta l'oeil de Callidia et Deimos qui, discrètement, la contournèrent pour prendre à revers celui qui laissait traîner un peu trop ses oreilles près des compagnons.
Tout deux eurent la surprise de tomber sur une jeune enfant elezenne, habillée de haillons mais dessinant un grand sourire sur son visage aux traits creusés et sale. La petite regardait le Raen avec une grande admiration, le comparant à un dragon.
Engageant le dialogue avec elle, la jeune Elezenne les avait suivis jusqu'ici, intriguée par la présence d'Ao'ras. Ils découvrirent alors que l'enfant, déjà croisée plus tôt dans la journée, avait davantage d'informations à leur révéler que certains de leurs compagnons n'avaient su déceler, complétant ainsi une partie du tableau : L'homme qu'ils cherchaient avait bien quitté la sainte citée il y a de cela plusieurs soleils, emporté par deux Chevaliers Dragons vers le Nid du Faucon.

Le Puzzle se reforme alors plus clairement pour les compagnons, sachant ou chercher dès le lendemain.
Les tensions présentes dans la cité suite à la trêve avec les dragons et le passé trouble de l'homme qui avait renoncé à son statut de défenseur de la cité contre les Dravaniens pouvait probablement lui avoir attiré les foudres des conservateurs.

Le groupe se dispersa finalement dans la nuit au retour vers le Chevalier Oublié, se donnant rendez-vous au lendemain pour retrouver la trace d'Eschont Ligefoy, le déchu.



_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un trésor dans le Coerthas

Message par Khorijin Dotharl le Mer 27 Juil - 22:08

Dès le soir suivant, quelques uns des compagnons se rassemblèrent en quête d'informations vers le Nid du Faucon, dernière destination supposée par laquelle l'Elezen qu'ils recherchaient était passé avant qu'il ne disparaisse, visiblement emporté par deux Chevalier Dragon.
Ainsi, Callidia, Chisame, Ion et Khorijin se rendirent au Nid du Faucon, chaudement vetus pour affronter le froid mordant de la nuit et du Coerthas. L'elezenne partit seule de son coté, habituée a laisser traîner ses oreilles plus sensibles que celles de ses compagnons et percevoir les discussions indiscrètes.
Alors que Khorijin allait s'adosser à un mur pour observer les passants, Ion et Chisame interrogeaient de leur coté une garde d'Ishgard.

Comme souvent dans ce genre de situation, ce fût Callidia qui dénicha l'information la plus intéressante parmi les échanges anodins entre les gardes et les passants. Un homme semblait venir récupérer la mise d'un pari pour un combat à venir dans un soleil, intimant son interlocuteur de ne pas rater le spectacle et de miser sur "Le gris"
Suffisamment intriguée par ses propos, Callidia rassembla discrètement ses compagnons derrière une structure tout en gardant un oeil sur sa cible qu'ils décidèrent de pister dès qu'il quitta le Nid du Faucon pour s'engager sur les routes enneigées du Coerthas.

A bonne distance, l'Elezenne pistait sa proie pendant qu'Ion, Chisame et Khorijin la suivaient en la gardant en vue grâce a la lunette fixée sur le fusil de l'ancien Tribun.
Le suspect disparut finalement vers un petit chemin escarpé qui descendait plus bas dans les gorges rocheuses. Toujours talonné par Callidia, les trois autres compagnons profitèrent de la légère brume montante et de la distance pour observer en contrebat avec les informations de Callidia.

Un petit feu de camp surveillé par deux gardes à quelques mètres d'une épaisse grille de métal sous un arche rocheux, c'était ici que l'homme au pari s'était engouffré après avoir rappelé les deux gardes à l'ordre. Il activa un levier et s'engouffra derrière la grille sans que l'Elezenne ne puisse en voir davantage.


Etudiant alors rapidement les possibilités d'attaque, les compagnons repartirent prévenir le reste de la Compagnie. Les éléments étaient alors à présent assez nombreux pour agir dans l'urgence. Il ne s'agissait plus d'une simple disparition, mais d'un réseau douteux et trop secret pour être sans fautes.
Dès le lendemain, une fois les faits et les plans exposés, la Compagnie partirait à la rencontre de ce petit camp improvisé dans les gorges rocheuse qui semblait protéger l'accès à quelque chose de plus vaste.

La Compagnie Fantôme s'aventura alors vers le passage de la grille, dissimulé dans les roches. Guidés par Callidia, le groupe avançait prudemment le long d'un sentier à flanc de montagne, les plus habitués décelant des dizaines de passages quelques heures avant eux.
Descendant avec prudence, une partie d'entre eux restèrent dissimulés derrière un amas rocheux alors que les autres s'approchaient furtivement pour s'assurer que l'entrée était libre.

Un petit feu de camp était installé à deux yalms de l'entrée, surveillé par deux gardes peu intéresses par leurs tâches. Néanmoins, un mouvement attira l'attention de celui qui ne dormait pas encore, avertissant son compagnon d'être plus alerte. Empoignant leurs armes et aux aguets, les deux hommes vêtus d'armures de mailles simples, l'un équipé d'une lance et le second d'un arc.
Le combat fût bref, Deimos abattant le premier garde d'une flèche précise alors que Callidia profitait de la confusion pour égorger le second, sans un bruit et sans déclencher d'alerte.

Sans plus de difficultés, la grille leur était finalement accessible, une lourde armature de métal ayant subi les affres du temps et du climat. Alors que la morsure du vent glacial venait fouetter leurs visages, ils observèrent un instant l'intérieur du passage, ne distinguant pas au delà de quelques yalms devant eux; un long tunnel souterrain creusé dans la roche froide, quelques dépôts de givre recouvrant les flancs par endroits et d'où une lumière chaude indiquait la présence d'au moins quelques torches éparses.

Activant un lourd levier, Tsubaki ouvrit le passage pour le reste de ses compagnons, placée dernière après les deux impériaux en s'engouffrant dans le tunnel froid.
Le Chevalier noir en tête, le groupe avançait lentement à la lueur des torches qui crépitaient. Le tunnel montait en pente douce, se faisant parfois plus étroit par endroits. Et alors qu'ils marchaient depuis quelques minutes sans qu'aucun autre son que leurs propres pas ne vienne troubler leur avancée, un arche de roche et de givre mêlés se présenta devant eux, comme un passage naturel les forçant à le traverser en file indienne.


L'oeil avisé de Deimos remarqua les fils tendus d'un piège grossier placé à quelques mètres en amont de l'arche. Avec prudence, le Raen observa le système et fit éviter à ses compagnons de le déclencher en le traversant.
Au fur et à mesure qu'ils avançaient, les pièges se faisaient plus nombreux mais toujours aussi rustiques, laissant penser qu'il s'agissait avant tout d'un repaire de brigands peu consciencieux.

Après une heure prudente de marche dans les tunnels gelés, ils rencontrèrent un premier groupe de gardes, installés à même le couloir sur des planches disposées au sol, ayant aménagé une couche et une table à l'aide de quelques menus moyens afin d'établir un poste de garde qui ne résista pas très longtemps à la charge combinée du groupe dans un espace réduit.
D'un rapide coup d'oeil post-mortem, les gardes semblaient vêtus sans plus de moyens que les deux premières sentinelles, d'une tenue de maille simple, Hyur et Elezen d'âges différents.

Ils reprirent alors leur avancée, découvrant petit à petit des trophées macabres aménageant le tunnel aux parois couvertes d'une épaisse couche de glace depuis quelques yalms. Des épieux étaient placés ici et là le long du chemin, exposant des têtes tranchées d'humanoïdes ou de dravaniens.
A l'observation de ces ornements sinistres, le profil de leurs futurs adversaires ne laissait plus de doutes et la légitimité de l'opération de la Compagnie prenait également forme de concert.

Le tunnel finit alors par déboucher sur une grotte beaucoup plus large dont ils ne distinguaient pas le fond. Une ouverture située à plusieurs yalms de haut laissait filtrer la lumière froide de l'astre lunaire, quelques flocons de neige de dessinant dans le halo lumineux. La lune éclairait en contrebas dans une large fosse creusée, une sorte d'arène entourée de larges piques de bois effilées sur lesquelles quelques dragons de petite taille et des restes humains étaient empalés, d'autres simplement tachés de sang.

Au centre de l'attention, un combat attisant la foule amassée faisait rage. Une vingtaine, peut être une trentaine, de personnes hurlant, se bousculant, les yeux rivés sur le combat en contrebas. Certains semblaient armés, d'autres désarmés: simples civils, nobles ou templiers, chaque échantillon de la population Ishgardaise se trouvait là.
L'arène accueillait un combat opposant quatre loups au pelage brun faisant claquer leurs mâchoires vers un Wyrm aux écailles vertes, les ailes et la gueule attachés par de solides liens pour entraver ses mouvements. Le Dravanien en difficulté faisait équipe avec un élezen d'un age certain, repoussant les loups à l'aide d'un os pointu, seule arme à sa disposition.

Tout autour, la grotte était aménagée de quelques cages, chaises, tables et parfois d'âtres pour y faire griller de la viande. De l'autre coté de la fosse, en face du public, un immense crâne de Dragon trônait sur lequel était assis un homme dont l'armure rappelait sans nul doute celle des Chevaliers Dragons, bien que la sienne était d'un noir charbon. Ce sombre chevalier était entouré de deux autres des siens, tous trois observant le combat avec un certain intérêt.

Dans la cohue et le brouhaha, la Compagnie était encore passée inaperçue, Jaghatai en profitant pour attribuer à chacun son rôle dans le combat à venir avant de charger sans distinction de rang ou de classe dans la foule, embrochant et empalant sur son espadon ceux sur sa route et à sa portée.
La foule se dispersa dans tout les sens, certains tentant de fuir vers les tunnels alors que d'autres écartaient les fuyards avec leurs armes en main pour répliquer à cette intrusion.


Profitant de l'ouverture, Ion et Aless se jetèrent directement dans l'arène, défendant le vieil Elezen et la Wyrm pendant que le reste du groupe se chargeait des renégats.
Le Chevalier Dragon en armure noire n'intervint pas tout de suite, laissant ses deux partenaires bondir sur le groupe et les malmener de leurs lances.

Un archer soutenu par une élémentaliste donna des difficultés à Chisame et Deimos, qui au bout de quelques échanges de tir et de sorts les mirent tous deux en fuite. Hélas pour eux, empoisonnés par les flèches du Raen.
Un peu plus loin, Callidia et Khorijin s'étaient occupées d'un grand Elezen à la lance, encore réactif et mordant pour son âge et qui mordit les deux femmes du fer de son arme à plusieurs reprises avant de finir au sol.
Tsubaki et Jaghatai, eux, s'occupaient chacun d'un Chevalier Dragon, adversaire particulièrement agile et mortel.

Mais alors que la tête de l'un des deux fini par rouler sur le sol, il ne restait que peu de renégats pour défendre leurs cause, l'homme en armure noire s'élança sur le groupe et en quelques passes habiles et vives, déchira les chairs du Raen démuni contre un adversaire aussi proche et rapide. Bien heureusement, les sort de Chisame et le soutien du reste de ses compagnons mirent l'homme en fuite, se projetant par l'ouverture au plafond dans un éclair bleuté.
Khorijin tenta d'imiter le bond du Chevalier Dragon pour le rattraper, mais elle chuta dans les cages vides un peu plus loin dans un grands fracas.

Le combat terminé, Jaghatai prit la direction des tunnels à la recherche des fuyards alors que le reste du groupe se remettait lentement de ses blessures ou explorait les lieux.
Dans l'arène, le vieil Elezen se présenta comme Eschont Ligefoy, l'homme dont ils étaient à la recherche depuis ces quelques jours. Quand à la Wyrm, son compagnon d'infortune supplia pour la libérer et la laisser partir. La Créature inclina simplement la tête avant de prendre son envol, disparaissant sans demander son reste.

La Compagnie reprit alors la route d'Ishgard, quittant ce repère improvisés de rebelles et de brigands agissant contre la trêve avec les dragons, exterminant humains comme Dravaniens qui s'opposaient à leurs idéaux.

Après quelques jours de repos, Eschont tenu sa promesse et travailla à restaurer l'armure de la jeune Xaela impatiente. La compagnie Fantôme reprit alors l'aéronef après quelques jours passés à découvrir Ishgard dans le calme, retournant a la chaleur du désert du Thanalan avec un nouvel ennemi à sa liste, une armure restaurée et un nouveau compagnon.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum