Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


Que brûle Sombrelinceul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Dim 7 Aoû - 21:11

Introduction de Campagne :


Que brûle Sombrelinceul


Ses oreilles recouvertes de fourrure noire étaient baissées, presque aplaties de part et d'autre de son crâne alors que sa queue se balançait doucement de gauche à droite. Humant l'air, son petit nez légèrement noirci à son extrémité rappelait le museau d'un animal, remuant doucement à chaque variation d'odeur que transportait la foret.
Rabattant son masque devant ses yeux, son visage affichait alors un expression de bois figée, peinte dans un gris sombre comme ses sœurs Griffecoeurl. Elle n'avait pas quitté des yeux sa proie, resserrant doucement ses mains sur ses pugilats dont la forme rappelait trois longues et larges griffe d'Ours, un héritage particulier de son clan.

Impatiente, la jeune Miqote dont les mèches grises tardaient encore à venir dans sa crinière alors que ses sœurs plus âgées abordaient déjà une plus parsemée, bondit des fourrés où elle s'était dissimulée. Hélas, la biche fut plus rapide qu'elle, et en une pulsion sur ses sabots fins, l'animal s'élança dans la forêt, distançant la jeune chasseresse en quelques foulées.
Un grognement fit vibrer ses oreilles alors qu'une main venait la gratifier d'un coup derrière la tête, puis cette même main la poussa en avant, l'intimant à se mettre à courir.

Se queue lui servait de balancier dans cette course effrénée, bondissant, grimpant, évitant les obstacles naturels qui se dressaient devant elle, tronc mort, ruisseau, roche moussue. Ses grands yeux captaient la moindre lumière et les moindres mouvements dans l'obscurité de la forêt, ne lâchant pas sa proie de vue.
Haletante et le cœur battant, elle pensait au goût de la viande dont elle et ses sœurs allaient se repaître quand elle planterait ses crocs dans la chair de cette biche si vive. Peut être même ferraient elles griller les meilleures parties, qu'importe les élémentaires, rien ne valait une bonne viande grillée après une folle chasse.

Son petit nez noirci s'agita de nouveau, pensait elle tant à manger que les odeurs musquées de bois et de viande brûlés lui arrivaient aux narines ?
La réponse ne tarda pas à arriver, comme un automatisme ancré en elle, ses pieds s’enfoncèrent dans la terre meuble en même temps que ses deux sœurs pour stopper net sa course, les poils de sa queue se hérissant d'un seul bloc alors que ses deux oreilles noires se dressaient droit sur sa tête.

Leurs masques se tournèrent vers une vive source de lumière, différente de la caresse douce et pâle de la lune. Celle-ci était vive et agressive, comme le soleil un jour d'intense chaleur, étouffant et suffoquant.
La biche qu'elles poursuivaient bouscula les trois Griffecoeurl, repartant dans le sens inverse de leur course pour la vie, comme si mourir de leurs griffes et de leurs crocs importait moins que ce qui arrivait en face.
Ouvrant un peu la bouche,  elle cherchait l'air qui semblait manquer, haletant vivement et relevant son masque. Ses yeux se plissèrent un peu pour observer devant elle, légèrement éblouie.
Des flammes vives  d'un orangé changeant venaient lécher les arbres et les fourrés, les consumant sans pitié en les faisant crépiter et craquer, seul râle d'agonie et de douleur dont était capable la forêt face au feu. Au fond de la foret, plus loin derrière ce cimetière de végétaux agonisant, une forte lueur pulsait d'un rouge vif, comme le cœur d'une flamme vivante qui crachait autour d'elle la destruction.

Oka, la plus âgée, somma de rebrousser chemin quelques secondes à peine après le passage de la biche, suivie de ses deux cadettes, les trois Griffecoeurl se pressèrent pour ne pas finir dans la gueule des flammes à leurs tours.
Un bruit sifflant passa près des oreilles noires, se baissant naturellement alors que le son sourd de l'impact suivi presque immédiatement, laissant choir le corps transpercé d'Oka dans la terre. Un léger hoquet à la fois de surprise et de malaise coupa le souffle de la plus jeune quelques instants, alors que son aînée restante saisissait son bras pour qu'elle reprenne sa course sans plus attendre.

Yiyi tira sur la bras de sa benjamine pour leur faire faire un brusque détour, évitant un second sifflement qui s'écrasa sur un arbre. Le souffle court, les deux Miqo'te s'étaient engagées sur une pente en montée qui ralentissait légèrement leur fuite, mais encore quelques mètres et elles pourraient se jeter en bas, dans le lac, pour éviter aux flammes et à cet archer fou.

A nouveau les oreilles noires se dressèrent, droites, en même temps que Yiyi pivotait sur elle même. La main qui tenait le bras de sa cadette se serra si fort qu'elle lui brûla la peau et dans le même mouvement,  elle poussa sa jeune sœur des hauteurs vers le lac en contrebas.

Dans sa chute la dernière chasseresse, dont le cœur battait si fort qu'il manquait de s'arracher à sa poitrine, vit les énormes mâchoires d'un loup au pelage de lune et à la tête surmontée de bois s'abattre dans un claquement sanglant sur le corps de Yiyi. Une silhouette plus petite apparut dans son champ de vision quelques seconde plus tard, juchée sur la bête qui avait déchiré son aînée. Une forme humanoïde et sombre, un crâne macabre remplaçant son visage.

Une vive douleur lui arracha un hurlement qui se perdit dans le chaos de sa dégringolade, fermant les yeux sur la foret qui se consumait sous le joug d'un revenant chevauché sur un monstre pâle.


Dernière édition par Khorijin Dotharl le Lun 19 Sep - 10:57, édité 1 fois

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Dim 18 Sep - 20:23

Était-ce la chaleur qui ralentissait ainsi l'activité de leurs ennemis ou n'y avait-il simplement aucune opportunité depuis quelques temps pour la Compagnie de frapper l'Empire ? Leurs méthodes et leur nombre ne permettaient pas d'attaquer de front sans préparation solide et depuis que l'Aigle et Electrum étaient parmi eux, il était plus difficile d'obtenir des informations pour court-circuiter les plans de l'Empire même si ils leur apportaient un savoir et des connaissances jusque là hors de portée.

Mais ce fût une lettre inattendu et surprenante qui vint briser leur ennui latent. Un courrier portant le sceau de l'ordre des Deux Vipères leur avait été adressé.


A l'attention de la Compagnie Fantôme et ses représentants.

Salutations,

L'ordre des deux vipères à décidé de vous contacter après une longue réflexion afin de vous entretenir concernant un sujet potentiellement grave.
Vous vous doutez de quoi il peut retourner, sans quoi l'ordre des deux vipères n'aurait pas visé une compagnie libre aussi trouble que la votre.

Je ne peux vous en dire plus dans un premier temps, pas plus que je ne pourrais vous rencontrer directement, faute de temps mais aussi afin de ne pas attirer l'attention outre mesure sur votre présence à venir.

Je vous prierai donc, si vous acceptez de travailler en collaboration avec l'ordre des deux vipères, de vous présenter à la guilde des élémentalistes dans l'ancienne Gridania, munis de ce présent document et de demander à voir le druide Ejih'li Awandah, en qui j'ai pleine confiance quand à ses compétences et ses capacités à traiter avec un groupe étranger à Gridania.

Mes salutations.

Vorsaile Heuloix, Colonel du Serpent

Un premier rendez-vous qui intriguait déjà tout le groupe, car si leur présence était requise auprès d'une des armées des grandes cité-état, l'Empire devait être concerné sans le moindre doute, mais probablement encore assez subtilement pour avoir recours à une Compagnie extérieure.
Chacun y allait de son hypothèse, des quelques rumeurs qui avaient été entendues dans les parages, ou des possibilités logiques qui découlaient de cette missive.
Mais les réponses à leurs interrogations ne tarderaient pas à arriver, au lendemain le groupe prit l'aéronef en direction de Gridania, piloté par l'ancien Impérial à la conduite nerveuse et brusque, assisté de son second.

Ils quittèrent le désert chaud et assommant du Thanalan, accueillant quelques heures plus tard l'air frais de Sombrelinceul pour se poser dans l'aérodrome de Gridania.


Pour la plupart, ce fût une toute première visite et quelques regards curieux et admirateurs se posaient furtivement sur les habitants, les structures de bois et les arbres aux racines colossales qui grimpaient vers le ciel étoilé. N'oubliant pas la raison de leur venue ici pour autant, le groupe fut guidé jusqu'au creuset des élémentaires par la recrue Y'Mehlia. Après un bref échange avec les Sombres veilleurs, la Compagnie s'engagea dans un tunnel creusé d'où dépassait quelques racines, ondulant dans leur direction puis revenant s'enfoncer dans la terre, comme un animal sinuant entre deux eaux. Les parois étaient éclairées à distance régulière par de petits flambeaux, projetant une lumière chaude et douce jusqu’à un bassin souterrain aménagé de planche de bois surélevées, formant une vaste pièce ou plusieurs druides échangeaient discrètement quelques mots.
Tout autour d'eux, dans des alcôves rocheuse, d'autre élémentalistes semblaient méditer dans le plus grand silence.

Un miqo'te à la peau grise vêtu d'une large toge brune et d'un grand chapeau dont la pointe retombait en arrière leur fit signe de s'approcher dans sa direction. Ne voulant pas troubler la quiétude des autres, le groupe se resserra autour de l'émissaire qui ne tarda pas à se présenter ; Ejih'li Awanda druide de guerre et élève des Pa'jals mais versé dans le domaine du combat et prêtant ses aptitudes et connaissances au service de Gridania et de l'armée des Deux Vipères.
Ses yeux clairs, sa fourrure ardoise et son ton amical lui donnaient un air doux et confiant qui mit rapidement les compagnons à l'aise malgré l'apparente froideur habituelle de certain.

Le jeune druide ne tarda pas alors à leurs révéler la raison de leurs présence ici ; Il y avait quelques soleil de cela, un éclaireur des Deux Vipères stationné en Gyr Abania et ayant pour mission de surveiller les mouvements de troupes autour d'Alah Mhigo a signalé la sortie d'une troupe qui aurait suivi la direction des montagnes de Xelphatol en contournant Sombrelinceul par le Nord. L'éclaireur n'aurait pas réussi à suivre les troupes au delà de son champ de vision et aucun veilleur sombre n'a signalé leur passage dans Sombrelinceul.
Néanmoins, la Sylve des Douze étant en première ligne en cas d'assaut en provenance de l'ancienne cité état, le colonel Heuloix souhaite enquêter sur cette potentielle menace en faisant appel à des spécialistes de cet adversaire et afin de soulager ses propres effectifs.


Les questions et les hypothèses bouillonnaient alors dans la tête de chacun, le jeune druide essayant de répondre au mieux a leurs craintes et leurs interrogations, leur assurant d'être leur guide et leur émissaire en Sombrelinceul ainsi que vis-à-vis de Gridania.
L'échange entre leur nouvel allié et la Compagnie dura encore quelques heures avant qu'ils ne quittent le jeune Miqo'te pour regagner l'Aéronef.
Callidia et Deimos choisirent de rester à Gridania quelques jours de plus pour enquêter dans des endroits connus de l'Elezenne et essayer de récupérer quelques informations utiles auprès des habitants de la Sylve.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Lun 19 Sep - 19:27

La Compagnie reçut un second courrier urgent signé du druide Eji'li Awandah quelques jours à peine après leurs rencontre.
Se mettant en rapidement en route par les éthérites, le groupe rejoignit leur guide à la sortie de Gridania. Grimpant sur un petit chocobo vert harnaché des couleurs de la cité-état, le Miqo'te se mit en route, guidant la Compagnie Fantôme dans Sombrelinceul, loin des routes connues et régulièrement empruntées. Ils s'enfoncèrent heure après heure dans la foret, là ou peu de chasseurs ou d'aventuriers se rendaient, car ici la végétation était dense et fournie, grimpante et imposante. Malgré tout, le druide affirmait qu'ici, certains clans de braconniers et habitants plus inoffensifs avaient construit des villages et des camps, vivant au coeur de la Sylve de leurs propres moyens malgré la distance de plusieurs malms avec les premiers avant-postes.
C'était la raison de leur présence urgente ici. Un petit village isolé répondant au nom de "Vertbois" avait été attaqué. L'alerte avait été donnée par un marchand ambulant lors de ses pérégrinations, l'isolement du village n'ayant permis aucune information au préalable.

Arrivant sur place au bout d'une longue chevauchée, ils ne purent qu'admirer le triste spectacle de la mise à sac du petit village forestier. Quelques druides Gridanien déjà sur place terminaient d'éteindre les flammes alors que d'autres s'occupaient de couvrir les corps, parmi eux, deux vigiles Sombre. Les bougres stationnés ici avaient tenté de défendre le village, mais avaient subi le même sort que les habitants qui ne semblaient équipés que de pelles ou de fourches.

Une miqo'te lunaire croisa leur route alors qu'ils se dirigeaient vers le coeur du village. Sa crinière bleutée encadrait un visage encore jeune mais qui ne manquait pas d'exprimer une profonde tristesse mêlée à une colère sourde.
Tahla Mewrilah, chasseresse de son clan, semblait être une connaissance du Malaguld mais avant tout une habitante de la Sylve, curieuse et choquée de trouver un tel spectacle. S'approchant du groupe, elle rejoignit les étrangers guidés par cet imposant cavalier sombre,  afin d'inspecter les lieux.




Ils y découvrirent une multitude de flèches, plantées dans les corps, dans le sol, le bois. Beaucoup trop pour que de simples villageois aient la moindre chance face a une telle pluie mortelle. Certaines avaient été plongées dans un liquide inflammable et leur facture évoquait la simplicité efficace, ainsi que quelques caractères tribaux.  
De nombreuses traces de pas, de pieds et de pattes d'animaux différents, furent également observés aux abords du village dont une particulièrement imposante : celle d'une patte de loup de plusieurs yalms de largeur enfoncée dans la terre. Callidia identifia les traces de sabot de chevaux, mais aussi d'autres bêtes d'un type radicalement différent, bien qu'elle ne put en définir l'origine. Des traces de bottes, des grandes, des petites...Tout un mélange de traces qui ne semblait pas avoir de lien ni de sens entre elles.
Alors que tous tentaient de trouver un indice dans les ruines du village, Mehlia et Chisame tentaient de sauver un blessé agonisant dont les importantes brûlures ne lui laissaient que peu de chances de survie. Et malgré tout leurs efforts, le pauvre expira son dernier souffle à l'oreille de l'élémentaliste : "Les morts....Les morts nous ont brûlés..."
Cette révélation troubla quelque peu le médecin, bien que ses compagnons l'entendirent, certain jugèrent qu'il ne s'agissait là que des délires d'un homme agonisant.

Les autres victimes avaient soit été emportées par les flammes, soit par les armes, taillées en pièce avec brutalité.

La Compagnie et la jeune miqo'te qui semblait décidée à enquêter sur cette attaque continuèrent de fouiller le camp, certains remontant au plus loin les traces de bêtes qui se volatilisaient dans la forêt, d'autres aidant les druides à déplacer les corps et cherchant la moindre trace pouvant relier l'Empire à cet assaut. Car il fallait l'avouer, cela ne ressemblait guère aux méthodes connues de leur ennemi. Qui plus est, aucune machine ni aucune trace de leur passage n'avaient été repérées dans la foret, ni par les Veilleurs Sombre, ni par les contacts de la Sylve de Callidia.

Alors qui étaient ces agresseurs? Des morts, avait dit l'homme mourant. Des morts vivants.
La Compagnie décida de rester sur place pour poursuivre leur quête d'informations le lendemain. Leur nouvelle alliée, Tahla, qui semblait s'impliquer dans cette affaire d'agression de la Sylve, leur proposa d'être hébergés une nuit dans un clan de sa connaissance lui devant un service.
S'installant parmi les Miqo'te lunaire sous la bénédiction cordiale mais brève de la matriarche, la Compagnie prit un peu de repos pour la nuit.



[Hrp, Event daté du 29 Aout]

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Mar 20 Sep - 13:22

Jaghatai Dotharl a écrit:La pluie battante et l'orage faiblissaient lentement alors que la nuit continuait son cours, remplaçant les trombes d'eau et les grondements de tonnerre par le bruissement des feuilles au gré des souffles de vent.

Ils prenaient un repos, chiche mais appréciable, au coeur de la forêt en compagnie peu communicative des miqo'te auquel le camp appartenait.

Certains s'étaient trouvés un abri de fortune, d'autre profitaient des quelques couverts que le camp pouvait offrir.

Toujours en marge du camp, la silhouette du septième maître ne faisait qu'amplifier le sinistre de l'orage et du froid, qui s'estompait petit à petit alors que les roulements partaient en direction des montagnes.

Il n'y avait que peu de doutes sur l'origine de l'attaque qu'avait subi ce village isolé, mais les motivations et la nature propre des agresseurs était encore à déterminer.

Les hôtes peu bavardes semblaient attendre que le groupe s'en aille, juste assez polies pour ne pas être désagréables, mais trop peu pour apparaître comme plus qu'une escale.

"Les morts nous ont brûlés", les derniers mots du mourant étaient aussi opaques que le reste de cette opération, difficile d'extraire la vérité des paroles d'un homme en proie au délire et à la souffrance, pourtant il avait été le seul témoin des évènements. Le seul à savoir ce qui s'était réellement passé.

Les traces avaient rapidement été se perdre dans les entrelacs de sombrelinceul, soit dans des cours d'eau, soit mystérieusement volatilisées. Comme si la forêt elle-même n'avait pas gardé trace de leur passage, malgré le feu et les brûlures, malgré le sang versé.

Toute cette affaire prenait des apparences de mystères, qui n'était que densifié par les difficultés à évoluer et surveiller une forêt aussi vaste, aussi peuplée de groupes et d'ethnies différentes, répondant à d'autres règles, opposants ou alliés d'un instant.







Au petit matin la silhouette d'un chocobo harnaché se pointera à proximité du camp. Son cavalier, en toge et chapeau large, dont l'identité ne leur sera en rien inconnue viendra à leur rencontre.

Eli'ji Awandah leur adressera un bref sourire, sans s’étaler sur comment il a bien pu les retrouver.
Un peu à l'écart du camp, il leur donnera quelques nouvelles supplémentaires : Les élémentalistes ne parviennent pas à obtenir des élémentaires la trace des agresseurs, comme si la forêt ne les voyait pas comme une menace.
Convaincu qu'ils ont des complices les aidant à évoluer librement dans la sylve, le druide souhaiterait approcher un camp de Griffecoeurls connues pour leur agressivité afin de vérifier ses soupçons, et peut-être délier une part de ce mystère.

Le hochement de tête silencieux du Maître leur signifiera qu'il accepte de suivre cette piste, aussi mince soit-elle, et ils se mettront en route une fois leurs estomacs un peu rassasiés.

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Jeu 29 Sep - 15:18

Dès le lendemain, alors que le clan lunaire avait déjà déserté les lieux sans plus de cérémonie, la Compagnie s'éveilla dans la fraîcheur de la forêt, les cendres du feu de camp mourant lentement.
Eiji'li les retrouva dans la journée, semblant connaître les sous-bois presque aussi bien que Tahla. Sur le dos de son petit chocobo vert, le druide les mena de nouveau au travers de l'épaisse végétation de Sombrelinceul.
Ils étaient ici bien loin des habituels chemins empruntés pour voyager, enfoncés loin dans la Sylve, à des malms des premiers avants postes. Ici les braconniers en marge et les bêtes sauvages étaient craints et régnaient jalousement sur leur territoire.

Le miqo'te avait une idée en tête. Rejoignant quelques hypothèses que le groupe avait fait mûrir dans la nuit: Leur facilité à se déplacer dans la Sylve sans être vus devait découler d'une connaissance certaine des lieux que seuls les habitants de la Sylve possédaient.
Il était donc probable que quelques groupes en marge des règles soient à l'origine de ces attaques, et le jeune druide pensait plus précisément à un clan Griffecoeurl en particulier installé à quelques malms du village brûlé : Le clan Theera.
Connu de certains, le clan Theera avait une réputation faite dans toute cette partie de la forêt. Celle d'un clan agressif et enclin à attaquer résidents comme voyageurs. Particulièrement brutale et sauvage, leur matriarche prônait la chasse et le pillage des intrus dans leur territoire auto-proclamé, allant parfois même s'attaquer à d'autres clans Griffecoeurls.

Il n'aurait donc pas été surprenant que les Theera soient à l'origine, directe ou non, de ces attaques sur un simple village.
Le groupe était alors sur ses gardes, se préparant à répliquer et à soumettre les Griffecoeurls au besoin. Les plus vigilants guettaient déjà les arbres, s'attendant à y voir des sentinelles les observer et donner l'alerte ou les prendre en mire.

Mais plus ils approchaient, plus le calme ambiant leur semblait à la fois oppressant et singulier. Un clan tel que les Theera aurait déjà fait feu sur eux à l'approche du centre de leur camp.
Une pluie battante s'abattait sur eux depuis maintenant plus d'une heure et ruisselait le long des structures de bois Griffecoeurl, faisant onduler les tapis de feuilles les recouvrant sans l'ombre d'un autre mouvement.


Tahla observa la hampe d'une flèche dans le tronc d'un arbre, orientée vers le camp, crispant la mâchoire. La Compagnie se mit alors rapidement en branle, comme un mécanisme automatique, le Maître de la compagnie dispensa ses ordres et les compagnons se placèrent en vue d'une charge au cœur du camp.
Le Cheval de Jaghatai déboula alors au grand galop, ses lourds sabots martelant le sol, suivi de Khorijin et Asha puis Callidia. Les deux Médecins restèrent entre la première ligne et les archers qui surveillaient la charge, alors que Tsubaki guettait la pénombre derrière ses compagnons, assurant leurs arrières.

Mais alors que le cheval du maître écartait dans sa charge les montant de bois et les tentes de peaux, ils firent une macabre découverte, stoppant net leur élan et leur ardeur au combat.
Le clan avait été décimé, de la même manière que le village. Les corps des sauvages Miqo'te étaient entassées au sol, sauvagement abattues. Le plus jeunes comme les plus veilles, aucune n'avait étés épargnée. Des flèches étaient plantées dans les corps et aux alentours du camp, laissant présager un arrosage en règle au préambule de toute attaque.

La frustration et la tristesse s'emparaient des compagnons. Ils observaient, impuissants, le clan Theera dévasté par un ennemi qu'ils ne parvenaient ni à comprendre ni à saisir.
Même le druide regrettait ce carnage, il n'était pas en accord avec leur dogme de vie, mais aucun habitant de la Sylve ne méritait d'être exterminé ainsi.
Khorijin se fit étrangement silencieuse, déambulant parmi les cadavres en les observant longuement, alors que la petite Dragonne sur son épaule observait son manège, curieuse.

Quelques uns se mirent à fouiller le camp de nouveau, à la recherche d'un indice, d'une piste, de la moindre chose. Callidia décela cette fois des traces de pattes ressemblant à celle de coeurls, accompagnées d'autres passage de bottes et de pieds.
Des détails singuliers attirèrent également leur attention, la nourriture du camp avait été pillée, l'ensemble des stocks subtilisés sans doute après l'assaut. Il semblait également que les Griffecoeurls aient donné le change en combattant leurs assaillants, certaines de leurs armes portant des traces de sang séché, allant jusqu'à suggérer que les points étaient rentrées d'un fulm dans leur adversaire. Pourtant, aucun corps de ces derniers ne se distinguait du génocide des Griffecoeurls, laissant fuser de nombreuses théories abstraites.


Un bruissement dans la végétation attira néanmoins leur attention. Aux aguets, le groupe se positionna de nouveau, prêt à se défendre.
Une quinzaine de Miqo'te vêtues de cuir vert sombre et portant un masque de bois gris à l'expression figée sortirent de leurs cachettes, tenant la Compagnie en joug du bout de leurs arcs courts. Une dizaine d'autre miqo'te arrivèrent en groupe, tenant de larges armes de pugilat composées de trois griffes. Trois se détachèrent alors, avançant avec calme vers eux, gardant une distance raisonnable.
Se tenant au centre, la Matriarche qui arborait une crinière argentée coupée court s'adressa à eux, élevant sa voix, d'un ton sec et assuré.
" Je suis Zhuni, Matriarrrrche du Clan Zaska, qui êtes vous étrangers ? "
Eiji'li se renfrogna un peu à l'annonce du nom du clan, chaque groupe sur leurs gardes malgré le sous nombre de la Compagnie, le dialogue s'engagea entre eux, non sans une certaine tension.
La matriarche méritait bien son titre, têtue, sure d'elle et dirigiste, son clan était en contact avec les Theera jusqu’à ce que plus aucun message ne revienne vers elle. Inquiètes pour le sort de leurs soeurs depuis l'apparition de ces "Revenants" comme elles les appelaient, les Zaska étaient venues à la rencontre du clan.
Avare en informations en raisons de la présence d'un Gridanien et d'étrangers, la Matriarche du clan refusa d'en dire plus à propos des Revenants, conseillant au groupe de repartir et de laisser les habitants de la Sylve défendre eux même leur territoire, repartant dans la foret après quelques derniers échanges acerbes.

Alors que la Compagnie tentait de trouver des liens entre ces deux attaques et les maigres informations du clan Zaska, une jeune Miqo'te ayant échappé à la vigilance de la Matriarche Zhuni revint en arrière, à la rencontre de la Compagnie.
Tahla Deimos et Mehlia firent la connaissance de Lyun, jeune Miqo'te du Clan Zaska dont la voix douce mais à l'accent prononcé était à demi étouffé derrière son masque de bois gris.

La jeune chasseresse, ses oreilles grisâtre en arrière, raconta sa propre rencontre avec un Revenant juché sur un loup gigantesque au pelage pâle comme un nuage qui avait déchirés ses deux soeurs pendant une chasse. Ils les avaient nommés ainsi depuis qu'elle avait décrit celui qu'elle avait pu voir, arborant un crâne en place de son visage.
Toujours d'après elle, d'autres clans tel que les Theera ne répondaient plus aux messages, et au vu de la proximité de leur territoire, il était probable que les Zaska connaissent le même sort très bientôt. En seul recours et de peur de voir son clan décimé, Lyun Zaska implora l'aide de la Compagnie, même si cela devait lui valoir d'être bannie du clan.
Y voyant là un bon moyen d'intercepter les "Revenants" avant une attaque quasi certaine, la compagnie Fantôme et leurs deux alliés Miqo'te acceptèrent de réunir leurs efforts et de venir en aide au clan Zaska malgré elles.


Un signal d'urgence serait alors mis en place par la jeune Griffecoeurl, le clan Mewrilah surveillerait le lieux indiqué et préviendrait la Compagnie en cas de besoin.
Dans cinq soleil, la grande chasse des Zaska serait organisés et tout le clan serait rassemblé, probablement le moment idéal que guetteraient les Revenants pour les exterminer.

La compagnie repartit alors vers Gridania, se préparant à agir rapidement au moindre signal de détresse.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Mer 12 Oct - 11:29

"Une flèche à hampe rouge planté dans le creux de l'arbre mort non loin du ruisseau"

C'étaient les mots de la jeune Griffecoeurl, Lyun Zaska. Le clan de Tahla devait guetter cet emplacement en quête d'un signal, qu'elles devraient relayer à la Compagnie Fantôme
Et à l'aube du cinquième jour, la flèche vermillon avait été tirée depuis les arbres, porteuse d'un message enroulé autour de la hampe.
Tenant sa parole, Tahla fit remonter rapidement la missive au druide Ejih'li qui lui même s'empressa de faire déplacer la Compagnie jusqu'à Gridania au plus vite. Le jour de la grande chasse approchait et le clan tout entier était rassemblé, le moment idéal pour frapper fort.

Le groupe se déplaça par ethérite pour ne pas être pris de court par le temps, le druide les attendait déjà et pressa le pas jusqu'à la sortie de Gridania, la bride de son petit chocobo vert aux couleurs des deux vipères en main.
Néanmoins, sa présence ne semblait pas tout-à-fait convenir à Tahla, le message de la Griffecoeurl précisait en effet que sa présence n'était pas souhaité et la jeune femme avait longuement insisté sur ce fait, ce qu'il ne semblait pas vouloir entendre puisqu'il se dirigeait avec eux à travers Sombrelinceul jusqu'au camp des Zaska.
A l'approche du camp, ce dernier garda une certaine distance avec le reste du groupe, déterminé à participer au combat et à remplir son devoir, mais néanmoins prudent face à l'agressivité des Griffecoeurls ne voulant pas de lui ici.

Lyun bondit d'un buisson, se présentant au groupe, son visage toujours dissimulé sous un masque de bois gris. Ses soeurs les plus jeunes avaient acceptés d'ignorer l'approche de la Compagnie contre un peu de viande séchée et elle avait réussis à convaincre les plus âgées et traditionalistes de surveiller les abords du camp plus particulièrement.
Tout le clan était rassemblé, de petites lueurs douce et bleutées éclairaient le coeur du campement au loin, niché entre des arbres luxuriant et offrant un abri naturel aux braconnières.

Il n'y avait que deux accès possible pour assiéger le camp, l'entrée Nord et l'entrée Sud. Le clan partirait à la chasse depuis le Nord, alors la Compagnie avait choisi de se poster à l'entrée Sud, quelques mètres plus loin pour intercepter l'attaque présumée. Les montures avaient été laissées plus loin sur la route et les compagnons prirent position après les ordres du Maître, se dissimulant du mieux possible dans les cachettes naturelles de la foret.
La nuit s'installa alors, mettant à l'épreuve la patience de tout les compagnons qui étaient venus dans l'espoir de sauver le clan Zaska et de prendre de court ces mystérieux Revenants.
La lune s'éleva dans le ciel après plusieurs heures, n'éclairant la nuit que de sa seule présence tandis que derrière eux, à une vingtaine de yalms, le clan de braconnières s'agitait et se préparait à partir chasser. Rien ne vint troubler la nuit autre que les bruits du campement et ceux des animaux se déplaçant dans la Sylve durant un très long moment qui parut une éternité pour certain.

Puis enfin, le sol se mis à trembler, des secousses lourdes et profondes agitant la terre, remontant comme un bruit sourd, un impact, un roulement de tambours étouffés qui résonnait dans chacun de leurs membres. Il évoquait des bêtes lancées au galop, aussi lourdes et dangereuses que le laissait imaginer le son de leurs puissant pas.
Alertés, la Compagnie Fantôme et leurs alliés étaient aux aguets, tenant silencieusement leurs positions jusqu'au moment fatidique ou ils leurs couperaient la route. Deimos et Tahla, placés un peu plus en hauteur, ne purent qu'observer des mouvements rapide, des ombres massives qui prenaient des directions différentes au travers de la végétation. Glissant dans la nuit sous le seul son de leurs cavalcade effrénée, les Revenants approchaient sans s'annoncer, comme la mort venue faucher une vie dans son sommeil. Une Griffecoeurl, perchée plus loin sur un poste de Sentinelle, sonna l'alerte dans un cor qui émit un bruit aigu qui se répéta comme un écho au fur et a mesure que le message passait autour du camp. Hélas repérée, son corps chuta de plusieurs mètres après que l'impact de trois flèches tirées en une volée.
Mais alors que les tambourinements de leurs pas se faisaient plus oppressants et que la dernière volée de flèche avait manqué de les atteindre eux aussi, la lune éclaira leurs silhouettes pâles à la lueur de ses rayons clairs, se reflétant sur les os qui recouvraient l'entièreté de leurs corps, jusqu'à leurs têtes ornés d'un crâne macabre.
Deux tigres massifs et harnachés de la même manière portaient chacun sur leurs dos un archer a couvert d'un Revenant plus grand et arborant un large bouclier de peau ainsi qu'une lance.
Si il était certain qu'ils étaient suivis d'ennemis à pied, les cavaliers furent néanmoins les premiers à subir l'assaut surprise de la Compagnie.




Dans un fracas de métal et d'os les Revenants se heurtèrent à la charge du Maître et de Tsubaki, suivis de Khorijin et Callidia sous le couvert des archers et des deux médecins qui n'hésitaient pas à profiter de l'effet de surprise pour lancer des sorts offensifs sur leurs adversaires.
Plus au nord, on devinait aux bruits de bataille et au cris de guerre qu'un autre groupe de Revenants venait d'attaquer les Zaska par l'entrée nord, mais l'action de la Compagnie leur laisseraient le temps de riposter avec un groupe d'adversaires réduit.

Les imposantes et solides armures d'os mettaient à mal les attaques des compagnons et l'obscurité aux alentours n'aidait en rien à porter des coups décisifs. Néanmoins, on entendit un Revenant hurler de douleur quand la large épée de Jaghatai s'abattit sur lui dans craquement d'os sinistre.
S'ils étaient capables de hurler sous la douleur, la mort pouvait aussi les emporter et leur sinistre surnom n'était peut-être qu'invention.
Galvanisés par un chant du barde Malaguld, le combat battait son plein, les armes s'entrechoquant dans des étincelles, le sang de chaque camp commençant à teinter l'herbe fraîche sous leurs pieds en soulevant une odeur cuivrée.

Une fois les armes enfoncées dans leurs chairs, les Revenants n'étaient plus que des cadavres gisants au sol. Leur agressivité et leur brutalité avait mis-à-mal les compagnons, mais au bout de longues minutes épuisantes, leurs opposants étaient défaits et derrière eux, les cris de joie et d'encouragement des Griffecoeurls semblaient aller de concert avec leur victoire.

Le calme retombant, les plus curieux allèrent observer le corps des Revenants de plus près. Deimos retira le masque osseux d'un des plus imposants, son corps gisant au sol sur un tapis d'herbe écarlate alors qu'il avait lâché son arme, une grande épée de fer mat.
Ils découvrirent alors le visage d'un Xaela, peint de noir et de blanc avec de l'argile, évoquant un crâne dessiné sur son visage, jusqu'à ses cornes.  



Illustration réalisée par Deimos

Cette découverte provoqua plusieurs froncements de sourcils et une vague d'interrogation, de colère même pour certains.
Mais ils n'eurent guère plus de temps pour s'attarder sur la question, car déjà les Zaska arrivaient à leurs rencontre.
Zhuni, la Matriarche, considéra l'aide apporté par la Compagnie comme bénéfique malgré son refus de coopérer avec eux. Quelques sœurs étaient hélas mortes au combat, mais beaucoup moins que si elles avaient subi une attaque des deux cotés.
Amèrement, la Griffecoeurl remercia le Compagnie Fantôme avant de se retirer, emportant le cadavre de la Sentinelle avec elle sans s'attarder davantage à discuter avec les étrangers qu'elle ne désirait pas voir sur son territoire.

Alors que les Griffecoeurl repartaient vers le cœur de leur camp, une petite silhouette s'approchait d'eux au couvert des ombres...

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Jaghatai Dotharl le Mer 16 Nov - 23:10

La jeune les avait rejoint après le combat, échappant une fois de plus au regard de Zhuni en espérant que cette dernière ne remarque pas son absence avant quelques heures.
Elle les avait conduit vers un petit campement aux abords d'un ruisseau que les sentinelles avaient repérés quelques heures avant la préparation de la grande chasse.
Deux ou trois tentes de peaux, des installations pour les bêtes et une table improvisée sur une souche morte ou étaient assis deux Xaelas s'échangeant quelques mots en commentant la partie de jeu d'osselets qu'ils disputaient, un autre Xaela s'occupait d'harnacher un grand tigre robuste aux dents de sabre au bord du cours d'eau.

Il ne fût alors pas difficile de les prendre par surprise, une flèche allant se ficher droit dans le crâne du plus isolé alors que les deux autres furent rapidement écrasés et mis à mort par la lourde charge du Maître sur son destrier suivi de Tsubaki.
Deimos, Tahla et Lyun se positionnèrent en sentinelle pendant que le reste des compagnons fouillaient le camp en quête d'indices...

Probablement tout ce qu'il restait des forces qui avaient attaqué le clan Zaska quelques heures plus tôt, le petit camp devait servir d'avant poste de fortune le temps du massacre. Callidia trouva quelques instruments utilisés pour communiquer à longue distance par des percutions alors que Chisame mettait la main sur plusieurs trousses de nécessaires médicaux et de repas rationnés frappés du symbole de Garlemald. Ils récupérèrent aussi une carte enroulée sur elle-même qu'elle s'empressa de déplier afin que chacun l'observe à la lumière du feu de camp.

Une carte de la région ou plusieurs points étaient marqués d'un symbole sans aucune légende, et d'autres étaient annotés à la carte sans qu'on en devine l'explication, mais avec un peu d'observation, certains symboles similaires marquaient les points à attaquer et d'autres probablement ceux déjà atteints et massacrés.
Emportant la carte avec eux et décidant de ne pas s'attarder davantage sur les lieux, la Compagnie retourna à Gridania, organisant dès le prochain jour une réunion avec le druide afin d'étudier les nouvelles possibilités qui s'offraient à eux en utilisant les maigres informations de la carte.


La compagnie retrouva le druide Miqo'te au cœur de la guilde des élémentalistes, échafaudant un plan pour mener une battue ciblée en petits effectifs et débusquer la présence d'autres revenants.
Quelques jours plus tard, la Compagnie ainsi que leurs deux nouveaux alliés, Ehiji'li et Tahla, se retrouvèrent à l'aérodrome de Gridania, saluant Ion et Aless qui s'étaient attelés à ramener le Chimaera jusqu'ici.
Les salutations faites, le druide se plaça au centre du groupe, ouvrant la main dans laquelle une Linkperle trônait, augmentant la porté du son avec un petit sortilège. Le plan avait été défini durant la réunion de la veille ; les points de la carte connus et annotés comme objectifs du groupe de revenants qu'ils venaient d'éliminer allaient être contournés à bonne distance en simultané par cinq groupe des Veilleurs Sombres, chacun d'eux dirigé par un capitaine recommandé par Ehiji'li ; Sorentiel Fânetrèfle, Ludivoix Tremblelyre, Jacquien Chênegrave, Randuine Mireligne et Sasha Drake. L'objectif de ces groupes étant d'exclure les points d'intérêt rattaché à un groupe déjà hors circuit, mais se concentrer sur la périphérie de ces derniers pour croiser les secteurs d'autres revenants.
La Linkperle permettrait de rester en contact direct avec les escouades et la Compagnie serait prête à décoller et à agir le plus rapidement possible pour prendre les Revenants de court et remonter leur piste en direction d'un camp plus important.
Rapidement les capitaines Veilleurs commencèrent à commenter leur progression. Partant dans des directions opposées à partir du même village, la première demi-heure se limita à un énoncé du décor environnant et des repères naturels qu'ils suivaient, laissant à la compagnie l'âpre sensation d'une attente inutile.


Lorsque le groupe de Sasha Drake annonça la perte de vue de leur éclaireur, parti trop en avant du reste de leur groupe, ils hâtèrent le pas pour le rattraper seulement pour le voir tomber quelques instants plus tard, abattu par un adversaire tandis qu'un groupe de Revenants chargeait les veilleurs désormais à découvert et en sous nombre.
Quittant Gridania toutes voiles dehors, la Compagnie prit la direction du lieu de l'affrontement, tandis que le druide écoutait, impuissant, les prières de Sasha Drake alors que son unité était largement dépassée en nombre par l'adversaire.
La tension à son paroxysme, les plus empathiques espéraient mentalement que l'aéronef atteindrait les veilleurs avant que ces derniers ne soient anéantis. La voix du Capîtaine Jacquien Chênegrave retentit à son tour tandis qu'il essuyait des flèches au travers des arbres, sous le couvert d'un de ses éclaireurs placé en haut d'une falaise rocheuse, faisant également façe à l'ennemi.

Désormais la Compagnie devait faire un choix, tenter de sauver les restes de l'unité du Capitaine Drake ou bifurquer au secours de Jacquien Chênegrave. L'angoisse se lisait sur les traits d'Ejih'li tandis qu'il entendait les derniers instants de l'escouade de Sasha Drake, la porteuse de la linkperle chutant bruyamment au sol après un probable coup dévastateur, la communication s'interrompant quelques instants plus tard.
Tandis que chacun allait de son opinion, les uns souhaitant aller au secours de Drake, les autre maximiser les chances de sauver un groupe encore vivant en bifurquant sur l'équipe de Chênegrave, ce fût au Maître de trancher de son implacable jugement.
Continuant sa route, le Chimaera fila vers le lieu le moins éloigné et le plus apte a les confronter directement aux Revenants tandis que les dernières paroles de Jacquien résonnaient dans l'air, portés par la linkperle tandis que sa dernière phrase se coupait en plein cours, le Maître n'ayant ni pitié, ni considération pour leurs vies.
Malgré la déception et l'angoisse des plus empathiques, le Chimaera se posa latéralement et à toute vitesse, stoppant brusquement pour décharger ses passagers face à un groupe hostile qui savourait sa victoire, les corps des veilleurs jonchant le sol à bonne distance de leurs têtes.


Débarquant en un fracas, les compagnons se ruèrent sur les Xaela armurés, croisant le fer et fusant de magie sous le couvert du druide et du médecin de la compagnie, affectés par la perte des veilleurs et mus par un désir de vengeance.
Le sang et l'acier, la chair et l'os, le combat brutal se solda après de longues minutes, mais la férocité de leurs adversaires ne leur permit pas d'en capturer vivants, tant ils supportaient la douleur jusqu'à ce que la mort les emporte, l'arme en main.
Soufflant un peu, la compagnie commençait à douter du prix de cette opération, jusqu'à entendre la voix du capitaine Sorentiel Fânetrèfle:


Ces derniers, remontant une piste fraîche, avaient réussi sans confrontations à se poster à moins d'un Malm de ce qui ressemblait à un camp avancé, niché entre des blocs rocheux et à flanc de falaise.
L'ensemble des Veilleurs encore vivants rappelés à Gridania, la compagnie et ses alliés allaient se rejoindre une fois encore pour mettre en place un plan d'attaque aussi rapide d'expéditif, et progresser sur cette affaire, tandis que certains devraient inhumer et faire le deuil de leurs proches, collègues et amis.


[HRP]Résumés des events des 7, 12, 14 et 15 septembre[/HRP]

_________________
avatar
Jaghatai Dotharl
Admin

Messages : 636
Date d'inscription : 20/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Jaghatai Dotharl le Dim 4 Déc - 18:06

Malgré la déception de n'avoir pu capturer d'adversaire vivant lors de leur escarmouche, la compagnie en association avec les forces gridaniennes espérait que la reconnaissance réussie de l'escouade du capitaine Sorentiel Fânetrêfle les mènerait vers une piste prometteuse.

Menés dans les tréfonds de sombrelinceul par leur contact, le druide Awandah, la compagnie avait le loisir de réfléchir à la suite des événements tandis que la file indienne de chocobos sinuait entre les arbres majestueux dans la pénombre la plus totale.
Une simple lanterne à la main, il les guidait au fin fond des bois, vers un village qui se trouvait à une heure environ de ce que les éclaireurs avaient caractérisé de camp ennemi.

Une réunion quelques soleils plus tôt avait permis de mettre en commun les informations relevées, mais aussi la connaissance du terrain par certains natifs de la sylve.
Le camp était ainsi construit aux pieds d'une falaise, niché entre de massifs blocs de pierre sans doute tombés autrefois de ce même massif rocheux. L'endroit offrait ainsi une couverture naturelle autant aux regards qu'aux visiteurs, car les roches ne laissaient que trois entrées ou sorties, leur offrant la protection d'une forteresse mais également les inconvénients allant de pair.
Les veilleurs sombres et les flèches divines seraient présents aux côtés de la compagnie, fer de lance de l'opération, et la stratégie élaborée prendrait en compte chacune des spécificités de ces derniers.
Dans un premier temps, l'escouade de cinq flèches divines ainsi que l'escouade des Veilleurs du Capitaine Randuine Mireligne escaladeraient le massif rocheux par son autre flanc, quelques heures avant l'attaque, et ce afin d'être postés en amont du camp des revenants. Ils emporteraient avec eux une bombe alchimique élaborée par Alistair Cinderstone, dont le but premier était d'obfusquer la vue des ennemis et terrifier leurs Tigres de guerre, afin de réduire le rapport de force.Les flêches divines placées en hauteur feraient alors feu de leurs arcs, criblant le camp de projectiles mortels.
Dans un second temps, les escouades des Capitaines Sorentiel Fânetrèfle et Ludivoix Tremblelyre avaient pour tâche de percer les deux entrées latérales du camp, sous couvert d'archers des flèches divines devant neutraliser les tireurs adverses, mais ignorer la fuite d'animaux domptés, chaque unité disposait d'au moins un élémentaliste formé au combat pour les appuyer.
Dans un dernier temps, la compagnie se réservait le rôle principal, attendant d'abord la sortie d'unités par l'entrée centrale, ils devraient charger dans le cœur du camp, la fumée et la pluie de flèches afin de neutraliser les unités présentes dans le campement et si possible, en capturer un vivant.

Le plan mentalement récapitulé, les lumières du village de destination commençaient à apparaître entre les troncs, et quelques minutes suffirent à en rallier les portes, gardées de Veilleurs qui leur firent ouvrir les pans de bois massif afin de leur permettre d'y entrer.

Au cœur du village, dont la plupart des habitants dormaient déjà, les veilleurs et les flèches divines s'étaient rassemblés sur la place centrale, une table dressée pour l'occasion sur laquelle le plan d'attaque était déployé.
Les capitaines, le druide et la compagnie se retrouvèrent autour de ce dernier, ajustant les derniers préparatifs tandis que l'unité d'archers était déjà en train de rejoindre son poste depuis quelques heures.

Le départ ne tarda pas, la file indienne mêlée de veilleurs, Fantômes, flèches divines et éléméntalistes s'enfonçant dans la forêt au sortir du village, dans le silence le plus absolu.
Arrivés à bonne distance du camp ennemi, un signe stoppa la file, chacun mettant pied à terre et attachant sa monture dans le calme le plus certain.
Les officiers gridaniens et le Maître partageant une linkperle, les dernières directives étaient données tandis que les archers, de la compagnie ou des flèches divines, avançaient de quelques yalms pour surveiller les hauteurs des rochers en quête d'homologues.
Une longue attente, avant qu'une étincelle brillante ne chute du haut des falaises, l'espace de quelques secondes. La décoction alchimique s'enflamma alors, projetant fumée et étincelles dans le cœur du camp et occultant complètement les premiers tirs des archers placés en haut de la falaise, commençant à réduire le nombre d'ennemis.
Les deux escouades de lanciers se précipitèrent en position, tandis que les archers au sol faisaient feu sur tout mouvement suspect en hauteur. Comme prévu, des tigres massifs et couverts d'ossements apeurés par le dispositif pyrotechnique, sortirent en premier du camp en fuyant la zone de combat et en frôlant les veilleurs et compagnons sur leur chemin.
Resserrant le piege, les veilleurs avancèrent lance en avant dans les étroits défilés ou leurs armes empêcheraient toute fuite des ennemis malgré le manque de manœuvrabilité.
La compagnie chargea alors en suivant sa formation frontale ordinaire. Tsubaki Nagae et Aless faisant front avec le Septième Maître, ils étaient suivis de près pas les deux combattants légers Khorijin et Callidia Ormesang, elles mêmes suivies par le Docteur de la Compagnie Chisame Yuhi et le druide Awandah.
Fermant la marche, Deimos, Alistair Cinderstone, Tahla Mewrilah et Ion s'assuraient de faire feu à longue distance au dessus de la zone de combat, disposant d'un champ de tir sur les menaces les plus dangereuses.


La Compagnie fût accueillie par un front de combattants mixtes, lanciers et épéistes, bloquant leur charge et mettant chaque unité lourde face à deux ou trois adversaires tandis qu'un souffle de vent surnaturel balayait la fumée et laissait aux archers Xaela un pas de tir rêvé sur les unités plus vulnérables du groupe.

Deux chamanes Xaela aux traits étrangement similaires refermaient les plaies des barbares Xaela, mettant la compagnie dans une difficulté notable alors qu'ils tentaient d'éliminer rapidement les archers prenant en cible le docteur Yuhi.
L'issue du combat semblait incertaine jusqu'au moment ou, face au surplus de guérisons adverses, la compagnie prit pour cible l'une des guérisseuse en réglant son cas avec une rapidité notable, laissant le docteur Yuhi recevoir plusieurs flèches en contrepartie.
La seconde chamane hurla d'un cri strident alors que sa jumelle tombait au sol inanimée, projetant des blocs de pierre massifs sur Ion, responsable du tir ayant mit fin à sa vie. Ce dernier fût plusieurs fois frappé de plein fouet par la roche, serrant les dents et stabilisant son arme pour continuer à tirer.
Désormais débordés par les attaques de la compagnie de toutes parts, les Revenants commençaient à mordre la poussière en libérant la Compagnie et en leur permettant d'avancer plus loin.
Se rajouta au combat un revenant monté sur un tigre de guerre, le seul n'ayant pas fui les explosions, dont l'armure présentait déjà plusieurs impacts de flèches en provenance de leurs alliés les flèches divines.
Le combat fit rage tandis que les escouades des veilleurs étaient tour à tour dépassés par le nombre, devant reculer dans les étroits passages qu'ils avaient emprunté pour rejoindre le cœur du camp.
La toute puissance de feu de la Compagnie se focalisa alors sur ce qui apparaissait comme un chef adverse, explosions pyrotechniques, flèches, balles et armes de mêlée, le tigre ne résista guère longtemps aux frappes concentrées, pas plus que son cavalier qui fût jeté au sol gravement blessé mais encore en vie.

Avisant la scène de combat d'un regard circulaire, il ne fallut guère de temps pour terminer de nettoyer le camp, prenant à revers les adversaires des veilleurs sombres, jusqu'au moment ou le dernier ennemi avait rejoint le sol. Une clameur monta alors dans le camp et en provenance des archers en hauteur : L'opération était une réussite.


[HRP]Résumé des events du 19 et 21 Septembre[/HRP]

_________________
avatar
Jaghatai Dotharl
Admin

Messages : 636
Date d'inscription : 20/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Lun 19 Déc - 14:27

Malgré la récente victoire des forces de Gridania auxquelles s'était alliée la Compagnie Fantôme, la présence des Revenants n'était pas encore réduite à néant. Les cartes trouvées dans les différents camps qui avaient pu être fouillés avaient révélé des points similaires, laissant deviner la présence d'un camp plus important, rassemblant les forces des Revenants en son sein.
Même sans pouvoir lire précisément les instructions et les légendes annotés sur les cartes, il semblait évident que ceux marqués d'une croix étaient déjà exterminés, certains étant déjà connus pour avoir définitivement disparu, comme les Theera.
Le dernier coup porté au Revenant ralentissait probablement leurs progression, mais n’arrêterait pas leurs plans pour écraser petit-à-petit les clans et villages de la région et gagner du terrain.  Davantage d'informations purent finalement être tirées, alliant celles trouvées sur les différentes cartes et les maigres informations obtenues par le chef de clan captif aux mains des deux Vipères, hélas très avares en information et menaçant plus qu'informant. Néanmoins, la présence d'un camp majeur avait pu être confirmée et les forces des Revenants étaient alors loin d'être réduites à un nombre aisément maîtrisable.

Après quelques jours d'attente, les éclaireurs revinrent faire leurs rapport et partager leurs informations avec la Compagnie après être allés en reconnaissance près du camp désigné plusieurs fois sur les cartes d'un symbole différent.
Un avant poste niché dans la souche d'un arbre titanesque effondré durant le septième fléau, facile à défendre et difficile à attaquer. Le tronc de l'arbre, mesurant plusieurs centaines de yalms de long, barrait l'accès à la souche, ayant visiblement roulé sur plusieurs yalms après être tombé, et l'écorce encore présente sur le pourtour de la souche était si épaisse qu'elle jouerait le rôle d'un rempart à part entière.

Quand à leurs nombres, les éclaireurs l'estimait supérieur aux forces actuellement mobilisées, des revenants convergeant vers cet emplacement comme sous le signal d'un repli général dans une fortification défendable. La compagnie avisa longuement la situation, discutant avec le druide Awandah des possibilités, mais toutes semblaient vouées à l'échec d'un affrontement inégal avec trop peu de chances de réussite. Mais sans action, les Revenants reviendraient exterminer les camps Griffecoeurls un-à-un jusqu'à gagner du terrain et s'installer subrepticement sur leurs territoires, avançant et conquérant alors petit à petit Sombrelinceul sans que les élémentaires ne soient provoqués autrement que par de simples conflits de territoire.
Néanmoins, il restait une option à tenter ; le ralliement des différents clan Griffecoeurl de la région. Elles-mêmes menacées par l'ombre des Revenants, leur désaccord avec Gridania ne serait qu'un vague souvenir vite oublié si elles étaient décimées une-à-une par les forces ennemies. Il ne serait probablement pas aisé de les contacter, encore moins de les convaincre de s'allier avec Girdania, mais il restait peu d'options possibles si la Compagnie voulait frapper un grand coup dans la ruche des Revenants avant qu'ils ne gagnent un peu plus de terrain ou ne reçoivent des renforts.

Tahla ne perdit alors pas de temps, retournant au coeur de Sombrelinceul pour contacter les clans de la région. Les plus influents seraient abordés seule et par elle même alors que les plus petits seraient contactés par ses propres soeurs.
La féline tarversa  la forêt pendant plusieurs jours, allant de camp en camp, se rendant à la rencontre des matriarches à la tête des plus grands clans tandis que certains avaient tout bonnement étés rayés de la carte, leurs campements détruits et vides de toute présence.
Malgré toute la diplomatie et la bonne volonté de la jeune femme, certains clans furent plus difficile à approcher que d'autres, les Zaska ayant tout bonnement refusé de recevoir la messagère et dans l'ensemble, ceux l'ayant accueilli quelques instants semblaient tous très réticents à l'idée de s'allier avec Gridania, voir même entre elles. Les conflits entre les clans et les matriarches n'allaient pas en faveur d'un plan de réunification et leur caractère sauvage et conservateur était difficile à apaiser dans le contexte actuel.
La disparition de plusieurs clans, leur sécurité compromise, leur forêt menacée et des étrangers se mêlant de leurs affaires.


Mais un message laissé par la jeune alliée de la féline lui apporta un peu plus d'espoir. Comme elles avaient prit l'habitude de communiquer, Lyun avait laissé une missive dans l'arbre creux à l'attention de Tahla. La jeune Griffecoeurl lui révélait dans quelques lignes qu'un grand rassemblement des clans aurait bientôt lieu dans un lieu tenu secret.
Un grand conseil Griffecoeurl que Zhuni avait convoqué avec les clans restants, une pratique relativement rare mais qui trouvait son utilité lors des grands conflits territoriaux ou pendant les grandes chasses.
C'etait sans doute leur ultime chance de convaincre les Griffecoeurls de prendre part au combat et sans doute aussi la seule chance de récupérer assez d'effectifs pour affronter les Revenants.

Après un rassemblement sommaire dès le retour de Tahla, la Compagnie décida de sans plus attendre de partir à la rencontre des clans au coeur même de la forêt. Leur jeune alliée leur avait donné un point de rendez-vous et après avoir passé la nuit à voyager, la Compagnie fantôme arriva dans la nuit, guidée par Tahla au travers des bois luxuriants éclairés par l'astre nocturne au travers des frondaisons.


Lyun les attendait près d'un ruisseau d'eau claire, semblant remonter plus loin dans la nuit en direction du Nord. Son masque de bois gris recouvrait toujours son visage, pourtant on pouvait sentir dans sa voix et son attitude que cette ultime tentative d'impliquer la Compagnie dans les affaires des Griffecoeurls ne la mettait pas à l'aise. Ayant plusieurs fois défié l'autorité de sa matriarche dans l'espoir de sauver son clan, la jeune femme se mettait une fois de plus dans une position délicate qui ne lui manquerait pas de s'attirer des ennuis.
Dans l'espoir d'apaiser les tensions lorsque le groupe débarquerait en plein cœur du conseil Miqo'te, Lyun leurs proposa de peindre leurs visages et leurs armures d'une argile blanche, comme il en est coutume dans les clans lunaire afin de s'attirer les faveurs de la Déesse Menphina.
C'est donc recouvert de peinture tribale blanche légèrement luminescente que le groupe s'aventura le long du ruisseau, remontant petit à petit vers un imposant bosquet illuminé par la lueur douce de la lune et les feux dansant d'une multitude de lucioles. Quelques animaux venus s'abreuver observèrent les intrus s'approcher sans peur, les laissant continuer leur ascension d'un regard curieux.


C'etait là la particularité des lieux. Les Matriarches ne l'avaient pas choisi par hasard et ce détail les frappa une fois qu'ils furent aux portes du grand bosquet. Une centaine, ou peut être bien plus encore, d'élémentaires d'eau et de vent se déplaçaient lentement, comme dansant en rythme, volant, virevoltant au gré de leurs envies. Ils semblaient parfois ne faire qu'un, comme une nuée d'insectes éthérés. La moindre hostilité déclencherait la furie des créatures élémentaires et nul ne sortirait vainqueur d'un affrontement ou la nature se déchaînerait sur chacun d'eux.
Leur présence en force et en nombre forçait chacun à s'écouter et a dialoguer, comme une trêve imposée par les lieux, aucune arme ne serait alors dégainée, aucune hostilité engagée.

Tahla et Lyun ne manquèrent pas de rappeler a chacun les particularités des clans les plus influents. Car chaque clan était unique et les quelques détails les concernant pourraient être utilisés pour tourner les négociations en leur faveur. Jaghatai poussa alors d'une large main l'épais rideau de végétation, suivi de près par les autres compagnons, pénétrant dans le bosquet.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Sam 31 Déc - 16:20

Au cœur du bosquet, un petit lac naturel accueillait en son centre une roche claire sur laquelle était perchée une Miqo'te aux cheveux grisés par l'argile blanche qui les recouvrait. Zhuni tourna son masque de bois vers les intrus, ses oreilles se dressant en même temps que les centaines d'autres soeurs Griffcoeurl. A l'unisson, les félines se mirent à pousser une sorte de sifflement désapprobateur, faisant vibrer la paisible danse des élémentaires autour d'eux. Le son disparut petit-à-petit, terminant de mettre certains des visiteurs incongrus mal-à-l'aise alors que Zhuni les pointait du doigt, prenant la parole au nom du conseil.
Si elle ne doutait pas que Lyun était responsable de l'intrusion des étrangers, prendre les armes leur était impossible et la Matriarche des Zaska exigeait le départ du groupe, estimant que le conseil ne concernait que les Griffecoeurls.
Mais parmi les autres groupes amassés autour du petit lac, plusieurs silhouettes se détachaient, représentant leurs propres clans. Les conseils de Tahla et Lyun permirent à la Compagnie d'identifier certaines Matriarches, celle à la tête des clans les plus importants de la région.

Mina du clan Vehmit au Nord Est, un groupe marginal envers les règles de Gridania mais préférant éviter les confrontations plutôt que les encourager. Un masque peint d'une argile blanche et une lance harnachée dans le dos à laquelle étaient accrochés plusieurs pierres et amulettes. La plus conciliante et ouverte aux étrangers, elle s'approcha d'eux d'un air curieux, inspectant leurs armures et leur allure, notant l'absence du blason gridanien.
Plus ouverte au dialogue et aux échanges avec les étrangers, elle fut l'une des premières à écouter et comprendre la menace que les Revenants représentaient, appuyant les propos de la Compagnie.


Les Matriarches jumelles Avo et Sati Shessi, aux masques complémentaires et en provenance du Sud Ouest, arboraient boucliers et macahuitls bardés de crocs d'animaux. Elles vouaient un culte particulier à la Déesse Menphina et les marques tribales d'argile sur les étrangers leurs valurent un certain respect, acceptant elles aussi d'écouter la Compagnie et leurs avertissements tout en appuyant leurs arguments envers la rapide ascension des Revenants sur leurs territoires.


Tehcoh Maashe, à la tête d'un des clans les plus redoutés et les plus importants de la région après les Zaska et dirigé par une étrange Matriarche au style détonant radicalement avec le reste de son clan. Toutes armées de lourdes haches et d'armures renforcées par des larges morceaux d'écorces, leurs masques recouverts d'une argile presque luminescente sur lesquels se dessinaient des symboles tribaux complexes. Tehcoh, elle, portait une large robe aux couleurs de la lune, volant comme une créature éthérée autour d'elle alors que ses pieds touchaient l'eau du lac. Un grand bâton tortueux et gravé était tenu dans une main, son regard imperceptible fixant le ciel.
Plus vindicative et radicale, l'étrange Matriarche ponctuait l'échange de menaces envers les Gridanniens et d'étranges paroles semblant resurgir de visions du passé.


Juyah Thele du Nord, un clan particulièrement belliqueux, leur très jeune Matriarche à la chevelure et au tempérament de feu n'arrangeant en rien leur réputation. Un des rares clans a accepter les mâles, la Matriarche au masque grimaçant taillé dans l'écorce gardait jalousement l'un d'eux auprès d'elle, deux grandes dagues dans un métal étincelant flanquaient sa taille. Particulièrement véhémente et contre l'idée d'accepter toute coopération que ce soit avec Gridania ou la Compagnie Fantôme, Juyah accusait les autres clans de lâcheté et de folie.


Pour finir, Zhuni Zaska, redoutable pugiliste armée de larges armes en forme de pattes d'ours et aux cheveux et masque recouverts d'argile. Si ses archères étaient connues pour être d'excellentes chasseresses, les plus fortes d'entre-elles maniaient de grandes armes de pugilats, les hissant parmi les plus grandes guerrières du clan Zaska.
Malgré sa fierté à défendre son clan et ses sœurs par leurs propres moyens, Zhuni avait vu les Revenants fondre sur elle et ne devait sa survie qu'a l'intervention de la Compagnie. A contre cœur, mais pour le bien des sœurs Griffecoeurl, Zhuni tenta de rassembler les clans et de calmer les esprits, appelant a une trêve exceptionnelle qui marquerait les esprits des générations à venir. Car si elles voulaient que leurs enfants règnent encore sur Sombrelinceul, avec ou sans Gridania, les Revenants et l'Empire devaient être exterminés et repoussés.
La présence de Tahla Mewrilah, émissaire du clan Merwrilah - connues pour être les gardiennes de l'équilibre - , poussa certaines des Matriarches à voir la situation en faveur d'une alliance. Car les "Gardiennes" n'intervenaient jamais pour entretenir des conflits de territoire ou de veilles rancœurs, mais bel et bien pour maintenir un juste équilibre dans la Sylve.


Les clans les moins nombreux se rangèrent à l'avis des clans les plus importants. Certains avaient décidé de prendre les armes malgré leur petit nombre, alors que d'autres, par tradition ou par sous-nombre, avaient refusé de participer et se retiraient du bosquet dans la nuit en même temps que le départ du clan Thele.
Les matriarches restantes et les clans mineurs qui les suivraient étaient alors d'accord ; Les Griffecoeurls feraient partie de l'effort de guerre contre les Revenants lors de l'ultime assaut sur leur camp et feraient une trêve avec les forces de Gridania le temps d'assurer leur victoire ... ou leur défaite.
Le bosquet se vidait petit à petit, chaque clan disparaissant dans la nuit, l'un après l'autre. Lyun guida la Compagnie Fantôme le long du ruisseau, les menant pour retrouver leurs montures laissées plus loin. Les oreilles en arrière, la jeune féline semblait nerveuse à l'idée de retrouver son clan et surtout d'affronter Zhuni.
Si cette énième entorse aux règles permettrait peut être de sauver ses soeurs, elle avait une fois de plus confronté l'autorité de sa matriarche et craignait des représailles en revenant au campement.
Mais elle n'eut pas à attendre si longtemps, car un mouvement dans les buissons surgit devant eux ; une Griffecoeurl au masque de bois gris banda son arc d'une flèche à hampe rouge, la fichant droit dans l'épaule de la jeune Miqo'te.

Alors qu'elle s’effondrait sous la douleur de l'impact, Lyun comprit que la réponse de Zhuni à son affront était venue. Bannie du clan, la mort l'attendait si elle osait s'approcher à nouveau.
Chisame et Tahla virent la relever et soigner sa blessure, se dirigeant vers le campement éphémère des Mewrilah, le temps pour le groupe de se reposer un peu et pour la jeune paria de retomber sur ses pattes.

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Jaghatai Dotharl le Mer 18 Jan - 18:56

Les combats ne tarderaient pas à reprendre et un petit village de la forêt du nord, Viverive, connu pour ses fortifications maintenues depuis la guerre des érables, avait été désigné comme point de ralliement aux diverses troupes prenant part aux opérations.

Dans un premier temps, arrivèrent les veilleurs et les flèches d'or. Ligne de défense du territoire interne de Gridania, ces derniers connaissaient le terrain et étaient dirigés par plusieurs chefs d'escouades dont certains s'étaient illustrés quelques soleils plus tôt lors de la reconnaissance multiple du territoire Sombrelincois.
Parmi les veilleurs sombres, une dizaine d'entre eux étaient montés sur des chocobos dressés pour le combat. Mobiles et redoutables, ils s'entraînaient alors que leurs destriers se reposaient paisiblement à l'écurie.

Puis vinrent les Griffecoeurl, clan après clan. Si les regards de chacun en disaient long sur leur avis les concernant, il était incontestable que leur aide et leur participation n'était en rien une option et que de cette coopération se solderait leur réussite ou leur échec, pour le meilleur et pour le pire.
Pénétrant l'épaisse porte de bois à l'aide d'un mot de passe, les clans entrèrent un-à-un dans l'enceinte du village fortifié, chacun disposant d'un mot de passe propre qui devait garantir l'identification simplifiée de fuites d'informations. Les griffecoeurl, sauvages et indépendantes, rejoignirent des endroits du village ou personne ne les dérangerait, installant leur camp ou bon leur semblait, puis s'entraînant entre-elles le restant de la nuit au grand dam des locaux.




Les portes de Gridania se refermèrent lourdement derrière la compagnie, leur présentant l'orée de la forêt dans une pénombre que l'astre lunaire permettait encore d'éclairer. Montures préparées, leur guide les attendait déjà avec une lanterne éclairant la pénombre d'une douce lueur rassurante. Juché sur son chocobo, le druide les mena au travers des bois et forêts dans l'obscurité quasi totale, en suivant des chemins à peine tracés par le temps et les voyages.
Avec comme seul repère celui du cavalier les précédant et au loin la lanterne de leur guide, la compagnie évoluait dans la pénombre en évitant ruisseaux, collines et clairières.
Puis dans l'obscurité, sous un timide plafond étoilé, apparurent les fortifications de bois desquelles filtraient quelques rais de lumière au travers des planches composant le mur d'enceinte.
Ils approchèrent d'un pas lent, s'arrêtant à portée de voix, leur guide énonça le mot de passe à l'attention des sentinelles juchées en hauteur et surveillant les environs du village.


La lourde porte s'ouvrit lentement dans un cliquetis dévoilant l'aspect nocturne d'un village en pleine effervescence.
Répartis les uns avec les autres, les différents intervenants attendaient patiemment une évolution de la situation et des directives pour mener un assaut.
Les traversant, les compagnons suivirent leur guide au travers des tentes de fortune et couchages placés ici et là, jusqu'à rejoindre une échoppe reconvertie en pièce commandement.
L'entrée des Compagnons les mit face à une dispute entre les capitaines veilleurs et les matriarches Griffecoeurl, avis opposés et tensions naturelles. Si ils tentèrent d'y être attentifs un court instant, la compagnie comprit rapidement qu'il était stérile de les laisser continuer leur débat ne visant qu'à appuyer des différences d'origines et de cultures.
D'une voix glaciale, le Maître de la Compagnie mit fin à cette querelle, avant d'interroger successivement chaque présent sur le statut du camp adverse.

Niché au creux d'une souche de plusieurs dizaines de yalms de diamètre, reliquat d'un arbre effondré lors du septième fléau, et dont le tronc gigantesque avait roulé sur un demi malm en emportant la végétation sur son passage. Ce tronc formait alors une barrière naturelle empêchant d'attaquer de front le camp des revenants, qui profitaient également de l'écorce encore présente sur le pourtour de la souche comme une véritable muraille de bois ancien.

L'effectif des alliés répertorié, une stratégie fût adoptée pour se plier aux contraintes naturelles, mêlant parfois Veilleurs, flèches divines, élémentalistes et Griffecoeurl.
Deux équipes de front, composées de miqo'te armées de haches ou de boucliers, approcheraient de la souche par deux flancs différents, successivement, afin d'attirer une partie des troupes en dehors de leurs fortifications, appuyées en arrière par un rang d'archers et d'élémentalistes.
Les lanciers montés feraient des aller-retours entre ces deux fronts, frappant de flanc ou de dos les Revenants qui viendraient en découvre avec les deux fronts, afin de renverser l'avantage dès que possible en profitant de leur mobilité.
Un groupe contournerait le terrain au travers des bois pour effectuer une percée dans le camp adverse. Composé des pugilistes du clan Zaska et de quelques élémentalistes pour les soulager de leurs plaies, ils devraient prendre à revers les revenants et semer le chaos dans leur camp par des frappes expéditives et concentrées sur des adversaires stratégiques.
La compagnie fantôme, elle, passerait par la voie des airs après s'être stationnés – feux éteints – à vue de la souche antique. Une fois les deux fronts engagés avec l'ennemi, ils rompraient la distance pour attaquer par la voie des airs et faire pleuvoir le feu des deux armures magitek tout en débarquant la compagnie ainsi que le druide Ejih'li sous les protections de Chisame à l'exception d'Ion, le pilote, et Aless, en charge d'une des armures magitek. L'appareil reprendrait alors de l'altitude pour se placer hors d'atteinte des tirs ennemis et pilonner les abords du camp, effectuant des tirs suppressifs pour désorganiser et semer le chaos tandis que l'effectif à pied de la compagnie rejoindrait les Zaska dans leur combat au cœur même du camp, cherchant à éliminer les têtes pensantes des Revenants pour les inciter à capituler.

Une fois le plan conçu et exposé à tous, une étrange silhouette vint rejoindre l'échoppe reconvertie, marchant de petits pas légers sur le plancher, et plongeant le jeune druide dans une certaine gêne.

La jeune fille de tout au plus douze ans si l'on en réfère à son seul physique, à la peau d'albâtre et aux cheveux de jais, exposait une paire de cornes traçant dans sa chevelure raide et peignée deux stries se recourbant avec grâce, tandis que son regard émeraude sans âge sondait les présents d'un tour de tête.

Dessin par Khorijin

La Padjale, intemporelle, leur annonça simplement l'arrivée des élémentalistes qu'elle avait « sélectionnés » pour le combat qui s'annonçait. Elle parcourra l'ensemble des compagnons, posant tour à tour ses yeux emplis d'une sagesse inestimable sur ces derniers, avant de quitter la pièce non sans avoir évoqué son souhait d'appuyer leur combat malgré le désaccord du conseil Gridanien, tout en instillant dans ses quelques mots une once de dédain qu'il aura été difficile de ne pas prendre personnellement.
Quelques mots dans leur linkperle, et le Chimaera décollait de gridania, se lançant par dessus les frondaisons en direction de leur position.

Une poignée de soleils plus tard, la compagnie embarquait à bord de l'appareil tandis que le reste des troupes avait quitté Viverive pour rejoindre leurs positions. Coordonnées par linkperles, la plupart étaient rompus au combat dans le milieu forestier, facilitant leur évolution et leur synchronisation.
Le chimaera quand à lui, éteignit ses phares et son moteur a un malm de la souche, surveillant dans l'obscurité le déroulement, au loin, des affrontements.

Les clameurs montèrent tandis que les deux fronts se formaient successivement, attirant une partie des revenants au combat hors de leur forteresse naturelle.
D'un signe du Gantelet, le Maître désigna la souche tandis qu'Ion pressait la manette des gaz, propulsant le bruyant appareil dans un vrombissement en direction du champ de bataille.
Chacun était prêt, mentalement et physiquement, ayant passé la nuit à ruminer et se préparer. Les quelques secondes qui les séparaient encore du combat ne faisaient qu'attiser la tension tandis qu'Aless, juchée sur son armure Magitek, se préparait à appuyer leur descente.

L'appareil survola les griffecoeurls et gridaniens combattant côte-à-côte pour la survie de leur habitat, pour repousser cet envahisseur. Survolant la souche en évitant ses hautes murailles d'écorce épaisse d'un demi yalm, l'appareil alluma soudainement ses phares pour éclairer en contrebas tandis que les tirs magiteks commencèrent à détonner en provenance de l'armure blanche postée contre le bastingage.

D'un geste maîtrisé, le docteur Yuhi projeta une sphère autour de l'appareil tandis que le pilote réduisait l'altitude à vive allure. Le druide jeta sa toge sur le pont pour révéler un plastron armuré, le maître prêt à débarquer en premier, chacun terminait ses derniers préparatifs avant de se jeter dans le chaos.
Le choc qui retentit lorsque le Chimaera se posa laissa présumer que quelques ennemis étaient restés en dessous lors de sa descente, réduisant le nombre d'ennemi tandis que chacun débarquait, n'ayant qu'un temps réduit avant que l'appareil ne reprenne les airs. En formation losange, les deux pointes étaient tenus par les deux plus solides de la compagnie, Jaghatai et Tsubaki. Les angles latéraux, tenus par Callidia et Khorijin, visaient a représenter un dernier rempart contre les assauts de flanc, pour faire obstacle aux soigneurs que la compagnie comptait ce soir: Chisame et Ejih'li.
En dernier lieu, Alistair, Deimos et Tahla profitaient de la distance offerte par les deux armurés pour tirer leurs projectiles mortels sans peine sur les adversaires en surnombre.


En quelques secondes, cinq adversaires fondirent sur leur formation, trois maintenus par le Maître et deux par Tsubaki, tandis que d'autres arrivaient en renfort et que les compagnons déchaînaient leurs coups et sortilèges sur ces derniers. Après quelques échanges, quatre nouveaux barbares vêtus d'ossements et armés de haches maniées dans chaque main vinrent serrer les flancs de leur formation, débordant les combattants qui luttaient à abattre leurs adversaires et contenir leur progression vers leurs deux soigneurs.
Un sortilège révéla la présence de chamans, en arrière, qui compensaient les dégâts infligés par la compagnie et galvanisaient les Revenants en prise avec ces derniers. Relâchant ses sortilèges destructeurs sur ces derniers, avec l'appui des archers focalisés, Alistair, Deimos et Tahla firent court destin des deux hommes bardés d'ossements, de toges et de bijoux, les expédiant au sol en l'espace de deux passes d'armes.

-
-



Un colosse Xaela vêtu d'une armure d'ossements plaquée d'un métal luisant déboula furieusement de derrière une tente embrasée, maniant de massives pugilats en forme de tête de tigre, il expédia un coup terrible dans le flanc de Tahla, lui arrachant un cri de surprise alors que les mâchoires de l'arme sauvage se refermaient sur sa chair. Callidia se décala de sa position pour l'intercepter, encaissant également un coup violent tandis que les barbares armées de haches en profitaient pour se jeter sur le Docteur Yuhi, l'envoyant au sol en quelques passes d'armes d'une brutalité sans nom, l'un d'eux atteignant également le jeune druide sérieusement tandis qu'il tentait de revitaliser le docteur.
Le reste de la compagnie commençait à faiblir tout autant, un revers de lame perçant l'armure de Tsubaki tandis qu'elle s'effondrait à bout de forces, le Maître de la compagnie maniant sa lame d'un seul bras en de larges frappes tandis que son second appendice gisait au sol, arraché par de multiples coups de lance répétés.
Le Barde Malaguld contemplait la scène, désespéré, sentant venir la fin de la compagnie précipitée par le flot de forces ennemies. Il prit sa linkperle pour invectiver:

-
-

«Ion, on ne s'en sortira pas il faut nous sortir de là».

Tandis que le chevalier noir affrontait toujours trois adversaires, le corps percé de lances et de taillades, l'armure ruisselante du sang poisseux qui s'écoulait pour teinter le sol d'une couleur rubis, même sa constitution phénoménale ne survivrait pas au delà de quelques échanges maintenant. La voix sépulcrale du Maître résonna dans la linkperle.

«Faites feu sur notre position, Callidus. Ceci est un ordre»

Un léger flottement, et un certain désespoir emplit les membres de la compagnie encore valides à l'entente de cet ordre, contemplant la criticité de leur situation et la déraison même de cette injonction. La voix de l'ancien officier impérial retentit quelques secondes plus tard :

«Bien.»

Ils n'eurent pas le temps de se révolter ou contester l’agrément, quelques secondes plus tard le souffle des canons Magitek projetait deux projectiles en direction du Maître de la Compagnie qui combattait inlassablement de son corps mutilé. Une déflagration sourdre retentit, projetant un épais nuage de fumée et de poussière aux alentours, soufflant une partie des revenants dans la surprise et la violence de l'explosion.

Alors que la poussière se dissipait, quelques morceaux de Revenants bordaient le cratère désormais formé, en bordure duquel le corps désarticulé du septième maître fumant encore de l'explosion et privé d'un de ses bras et dont les jambes avaient subi une torsion à l'inverse de ses articulations, tractait sur son unique bras valide la masse armurée qui le composait en direction de son espadon.

«Notre intégrité fonctionnelle est désormais compromise.»

Avisant du sort de son compagnon, le Spectre Khorijin Dotharl explosa d'une rage véhémente :

«NON!»

Maniant sa lance funeste d'un enragé, elle relâcha l'éther enfermé au sein de cette dernière dans un trait qui ne manqua pas de terrasser plusieurs revenants restants devant elle. Même si la donne avait été changée, la compagnie comptait désormais trois membres au sol, et d'autres adversaires potentiels qui manquaient de venir terminer le jeu des leurs, ainsi que leur imposant chef dont les pugilat avaient déjà sérieusement blessé certains des compagnons. Les augures n'en étaient pas plus favorables pour autant.

Une clameur monta à l'extérieur du fort, des éclairs lumineux venant projeter leur éblouissement jusqu'aux murs du camp, tandis qu'un son cristallin emplissait l'air à chaque éclair.
La clameur montait vers leur position tandis qu'il défendaient ce qu'il restait de leurs compagnons, jusqu'à ce que les portes du fort soient forcées par des miqo'te armées de poignards. Le clan Thele avait fini par venir malgré leur réticence au conseil Griffecoeurl, soutenant les fronts déjà sérieusement malmenés par les Revenants. Au travers du rideau de Griffecoeurls et Gridaniens entrant en flot dans le camp, une petite silhouette se détachait des combattants. Vêtue d'une simple toge et un bâton de bois dans sa main, le regard émeraude de la Padjale brillait non pas d'une lueur de sagesse sans age, mais d'une colère à peine contenue.
Son bâton se leva alors, hissant dans les airs une sphère lumineuse d'un blanc pur qui prit quelques yalms d'altitude avant d'éclater dans un son cristallin, projetant tout autour d'elle des éclats éthérés d'un blanc immaculé. Le sortilège sembla balayer les revenants déjà blessés, tandis que la Padjale répétait son sortilège en offrant aux Miqo'te l'opportunité de prendre l'avantage sous son soutien.

En quelques minutes, les forces Gridaniennes et Griffecoeurl avaient renversé l'avantage, pénétrant en force dans les retranchements ennemis pour les neutraliser, entourant bien vite la compagnie brisée à qui la situation avait presque failli échapper.

Le colosse aux poings de tigres fût maîtrisé, ne se battant pas jusqu'à la mort pour cette fois, tandis que les élémentalistes et la Padjale venaient aider les blessés et identifier les morts. Si la compagnie pût profiter des sortilèges guérisseurs de l'élue des élémentaires, ce n'était pas le cas du Septième Maître envers lequel l'apparente jeune fille ne jeta pas le moindre regard. La carcasse brisée du chevalier gisait là, son arme tenue dans son seul bras valide, tentant de se relever malgré les dommages critiques subis par son corps.

La gravité de ce combat avait sérieusement ébranlé tous ses participants et cette fois, personne ne s'opposa alors que la compagnie chargeait non seulement ses blessés à bord du Chimaera, mais aussi le chef de guerre des Revenants, maîtrisé.

Dans l'heure qui suit, ses blessés stabilisés, l'aéronef de la compagnie quittait le lieu du combat en direction de la coupe, emportant à son bord toute information utile trouvée dans le fort vaincu ainsi que celui qui avait charge des opérations dans ce secteur. Nul doute que ce dernier serait prolixe, mis en face des bons arguments.


Events des 10/12/17/19 Novembre 2016

_________________
avatar
Jaghatai Dotharl
Admin

Messages : 636
Date d'inscription : 20/10/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

J'etais Hotgo ; Que brûle Sombrelinceul : Introduction partie 2

Message par Khorijin Dotharl le Dim 22 Jan - 13:25

Introduction de la Seconde partie de la Campagne : Que brûle Sombrelinceul


Illustration :  swevenfox.tumblr.com/

J’étais Hotgo.


Comme chaque jour qu'Azim me donnait, j’étais forte, j’étais Hotgo. Khan après la mort de mon père, je veillais sur les miens depuis maintenant plusieurs cycles.  Je les guidais à travers les plaines et dans les combats, je veillais à ce que nos traditions ne se perdent pas pour les générations à venir malgré l'ombre de mort qui planait au dessus des nôtres.

Ce jour là j’étais forte, plus que les autres jours et moins que les derniers, j’étais Hotgo. J'avais peint mon visage pour exprimer cette confiance et cette fierté que j'avais en moi, deux traits rouges sous mes yeux et trois points sur mon front. Synonyme de force, de courage et aussi de joie que je reportais également sur le crâne de tigre qui recouvrait mon épaule gauche, symbole des grands Khans qui dirigeaient avant moi.
J’étais forte ce jour là, mais pas assez pour ce qui déferla sur nous comme un fléau inarrêtable.

Dotharl.

En quelques instants la mort, fulgurante et et sans pitié , avait emporté tout ce qui restait encore de nous. Les plus vieux, les plus jeunes, nos sangs mélangés à la terre de ma chère Azim, nous condamnant à n'être plus que poussière sous leurs pas et oubliés de tous.

J’étais forte, j’étais Hotgo, je me suis battue contre ce monstre, cette furie, cette enfant. De toute mes forces et jusqu’à mon dernier souffle. Ses yeux d'argent n'ont pas oscillé quand sa lance m'a percé, m'arrachant ma vie au bout de ses doigts comme si de rien était, repartant semer le chaos dans une vrille qui emporta la terre sous ses pieds.

J’étais forte, j’étais Hotgo, je l'aurais été jusqu’à mon dernier souffle.

Mais tout comme les Dotharl jouaient avec la mort, Elle, semblait finalement m'avoir oublié.
J'inspirai soudainement, comme si j'avais été plongée sous l'eau pendant d'interminables secondes. L'odeur et le goût du sang dans ma bouche, ma respiration saccadée. Je m'éveillai lentement sous la lueur de Nhama pour ramper misérablement parmi les corps froids de mes frères et sœurs, massacrés.

J’étais forte, j’étais Hotgo. Mes bras se souviennent encore d'avoir traîné mon corps à moitié mort dans la nuit froide pendant des heures. Force du désespoir, rage,  peine. Chaque yalm gagné, m'approchait un peu plus de ma vengeance, aveuglée par un combat perdu d'avance.

Le sol se mit alors de nouveau à trembler, comme des chevaux lancés au galop. Je relevai ma tête trop lourde, voyant les formes s'approcher sans parvenir à me redresser. Une créature de métal s’arrêta devant moi dans un grincement sinistre alors que son cavalier aux armoiries écarlates se penchait vers moi.
Je parvenais à peine à distinguer son casque qui ne ressemblait à rien de connu et il portait un symbole de fer et de rouge qui ne m'évoquait aucune tribu d'Othard.

Sa main se tendit vers moi dans un grincement, comme une aide inespérée à cette mort ou j’étais destinée. Alors que je trouvai juste assez de force pour l'empoigner, ma vision s'obscurcit sur ce gantelet tendu vers moi.

J’étais forte. J’étais Hotgo.

L'armée de métal se bat à mes cotés avec ceux qui ont soif de conquête et de vengeance.
Aujourd’hui, je peins mon visage de noir et de blanc tel un masque funeste, synonyme de mort et des massacres avant les conquêtes. Je porte le crâne de tigre des anciens Khan sur ma tête, car je suis à présent Khan de tous les Khan et je ne laisserai que les cendres derrière moi.

J’étais forte. J’étais Hotgo. Je suis invincible, je suis öshöö.

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Ven 24 Mar - 11:06

Plusieurs soleils étaient passés depuis leur victoire contre les Revenants au cœur de Sombrelinceul. Les clans Griffecoeurls de la région s'étaient alliés aux forces de Gridania aux cotés de la Compagnie Fantôme, démantelant un avant-poste naturel dans lequel ces conscrits de l'Empire s'étaient installés afin de gagner petit-à-petit du terrain.
Si la victoire avait pu rassurer les Matriarches miqo'tes et l'armée des Deux Vipères vis -à-vis de l'imminent danger, beaucoup de questions restaient encore en suspens et il était toutefois peu probable que les choses soient aussi simples.

Empire, Revenants, ils ne renonceraient sans doute pas si facilement à conquérir Sombrelinceul même après une défaite. Si la Compagnie Fantôme ne pouvait mettre le doigt avec exactitude sur les plans, ils pouvaient néanmoins émettre un certain nombre d’hypothèses toutes très probables en suivant et rassemblant les informations qu'ils avaient pu obtenir lors de leurs actions pendant ces dernières lunes.

Un nom avait été évoqué, celui de la Reine des Os, une Xaela dirigeant ceux qui se faisaient appeler Revenants, ou plus exactement, "Oshoo", vengeance en Xaela. Des conscrits de l'Empire, ce n’était en rien un procédé nouveau et il était souvent utilisé pour gonfler leurs rangs. Ion et Aless appuyèrent les faits, car en Garlemald, ceux qui étaient enrôles servaient loin de leurs terres natales pour éviter les rebellions, dans le cas contraires, les familles étaient prises en otage et seraient les premières à subir un retour de flamme.
Ils se servaient alors probablement des méthodes plus adaptées des barbares Xaela dans Sombrelinceul, rapides, efficaces, mortels et pouvant se déplacer au travers de la forêt avec une facilité que les escouades lourdes et les engins de guerre n'avaient pas.
Certains avaient également évoqués la présence notable de chaman, servant probablement à apaiser les esprits de la Sylve lorsque les actes des Revenants venaient à éveiller leurs sens.

Ainsi, les Revenants semblaient être le parfait outils de l'Empire, s’immisçant dans la forêt comme une ombre familière, éliminant un à un les clans et les avants postes pour avancer et gagner du terrain vers Gridania.
Grâce à leurs efforts, leurs combats et de nombreux sacrifices, ils avaient été repoussés, mais chacun savait que ce n'était qu'une victoire éphémère, une menace qui ne tarderait pas à exploser un jour ou l'autre. Plus le temps passait, plus ils pouvaient se préparer à une nouvelle offensive et plus les chances de les contrer seraient minces.

La Compagnie se retourna alors vers Gridania, voulant agir avant que les Revenants ne répliquent, mais pour l'armée locale, les priorités et les urgences militaires n'étaient pas les mêmes et très vite les compagnons se retrouvèrent sans soutien et sans piste.

Ce n'est que quelques soleils plus tard qu'une piste inespérée vint à eux. Une lettre adressée à Callidia que l'elezenne retrouva à son lieu habituel quand elle devait communiquer avec les siens a travers Sombrelinceul.

Vipère,

Je ne savais pas si je devais ou non te contacter, on dit que tu es revenue dans la sylve régler tes comptes et que quelques têtes sont tombées suites à ca.
Il parait qu'on t'aurait vue dans un groupe qui serait parti en compagnie des gridaniens au fin fond de la sylve, et qu'elle gronde beaucoup depuis quelques lunes.
On parle de clans décimés, de guerre en sous bois, mais je n'ai rien vu de tel. Rien qui ressemble aux "revenants" dont on parle à demi mot.
Au début j'ai cru que c'était une coïncidence, tu te rappelles peut être de Bernardeaux Chantrelys, ce vieux refourgeur de matos "tombé du chariot" ? Il a disparu il y a peut-être deux lunes, au début il ne se pointait plus à la planque, alors je suis allé voir si il avait pas choppé une saleté ou si il avait pas été débusqué par des veilleurs.
Mais chez lui, c'était vide, j'ai même pas trouvé un gil à lui piquer.
Puis quand je suis allé chercher du boulot à Valbleuté, on m'a dit que Raviclaux avait raté deux fois le marché de la semaine, alors qu'il a toujours des décoctions à revendre et que ça marche bien en général. Mais je le connaissais pas bien, alors j'ai fait mon boulot et je suis parti.
Et quand je suis allé du côté du Lys doré, au bout sud de la sylve, la lune suivante. J'ai pas vu le camelot qui traine sur les routes et refile des armes que les soldats perdent aux dés dans la taverne, et comme j'avais besoin d'une nouvelle épée (j'ai cassé la mienne dans le boulot dont je parlais avant), ben j'ai essayé de trouver ou il créchait.
Lys doré, la ferme du lac, le marché de la grotte des champignons (les bleux, pas les jaunes) ou même la masure du vieux Félicien : Personne l'avait vu depuis des lunes.

Je sais que c'est pas très important et que ces gars étaient que des pouilleux pour certains. Mais ils ont disparu comme ca, et personne les a vu depuis des lunes maintenant. Ca me paraîtrait bizarre qu'ils soient morts alors qu'ils connaissaient vachement bien le coin, et comme ca commence a murmurer que des ombres enlèvent des gars comme nous, des crépusculaires, et que t'as l'air d'avoir bien sorti ton épingle du lot, je me suis dit que tu pouvais peut-être voir.

Aulbant

Une piste maigre, mais bien la seule qu'ils avaient sous la main. Si il n'y avait pas de preuve évidente, tous s'accordaient à dire qu'il fallait creuser la raisons de ces disparitions, trop fortuites pour être de simples accidents.
La Compagnie se prépara alors à voyager vers Sombelinceul, leurs affaires embarquées sur le Chimaera, les deux pilotes s'occupèrent comme à leur habitude de conduire leurs compagnons à bon port.

Callidia avait arrangé une entrevue avec le destinataire de la lettre, un petit village égaré dans les marais peuplé principalement de Crépusculaires, peu fréquenté et fréquentable « Tristesse du Soir » était à quelques heures de Gridania à dos de monture et, guidés par Callidia, le groupe avait très rapidement quitté l'aérodrome pour s'aventurer dans Sombelinceul.
La pluie les accueillit à mi-chemin et après une course épuisante à travers l'épaisse foret, ils arrivèrent vers une sorte de petit village au coeur d'un marécage peu accueillant.

Naturellement, l'elezenne guida ses compagnons jusqu'au coeur du village, se dirigeant vers une tente sans autre forme de procès alors que les autres s'attardaient plus longuement sur leur environnement.

Si la misère pouvait être dessinée, cet endroit en serait le canevas. Un village construit sur les parties non immergées d'un marais, dans lequel la puanteur régnait en place du confort et du luxe. Des tentes délavées comme seul toit, les habitants suivaient des yeux les Compagnons, seuls visiteurs inconnus depuis peut-être plusieurs lunes.
Entrant dans une tente présentant l'enseigne d'une auberge, les compagnons trouvèrent un Elezen assoupi sur un lit rudimentaire et vétu en armure cloutée, que leur guide identifia d'emblée comme étant Aulbant, l'émetteur de la lettre.
Alors qu'ils allaient le réveiller, les plus observateurs remarquèrent qu'il pointait sur eux une arbalète de poing dissimulée sous sa cape le drapant partiellement.


Alors que la discussion s'engageait sur un ton entre le cordial et l'égarement de leur interlocuteur, souvent perdu dans son propre récit de ses derniers emplois, le mercenaire peu scrupuleux aux cheveux blonds et mal coiffés leur expliqua plus en détail ses suspicions suite à la disparition de plusieurs habitants de cette région de la sylve.
Malheureusement ce dernier ne disposait d'aucune certitude sur le sujet, basé sur une intuition et la concordance de quelques cas, il leur donna néanmoins l'adresse d'une auberge relai placée sur la route ou un homme du nom de Ranguert, vivant du commerce d'informations, pourrait peut-être leur donner davantage de matière.

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Jeu 11 Mai - 22:43

Écrit par Deimos

Installé à son bureau dans sa chambre privée, le barde consignait les aventures de la compagnie martiale, dévouée depuis sa création à la lutte contre l’Empire de Garlemald.

[ Extraits des Chroniques de la Compagnie Fantôme - Chapitre II - Un murmure dans la Sylve ]



Les compagnons arrivèrent alors que la nuit était déjà tombée sur l’auberge de passage. Alors que Jaghatai se positionnait, telle une sentinelle immobile, à un des accès de la taverne, le reste de la troupe entra avec une certaine prudence, notant de nombreux regards tournés vers eux. Certains curieux, certains méfiants, d’autres peut-être trahissant une vague idée d’opportunisme à leur faire les poches au moment propice. Un repère pour les oubliés de Gridania.

Ils s’installèrent à une table et finirent par attirer l’attention d’un Sylvestre possédant un chapeau à plumes accoudé au bar. L’homme se détachait du lot, par son maintien et des habits plutôt soignés. Après quelques mots échangés, l’Elezen, suggéra qu'il faisait commerce d’un certain nombre d’informations dans la région, les compagnons l'invitant alors à rejoindre leur table.

Une fois d’accord sur le prix, ils discutèrent sur les disparitions récentes de Crépusculaires, notamment ceux connaissant bien la région. Un nom émergea. Celui de "Raviclaux", un Elezen vivant dans une petite grotte bien dissimulée, à l’écart des lieux de passage. L’informateur leur montra sur une carte la localisation de la grotte, puis, au prix d’une nouvelle contribution monétaire, ajouta avoir rencontré un Hyur soit disant nommé “Rupert”, près d’une année auparavant. L’homme cherchait des renseignements précis sur les voies, les villages de la Sylve et l’état des forces des Veilleurs. Sentant l’affaire louche, il l’avait baladé à l'époque avec quelques histoires sans valeur…



Les compagnons quittèrent ensuite l’auberge, en évitant de justesse qu’un cuisinier ne soit trucidé par Jaghatai à l’arrière de la taverne, sur un malentendu.

[...]

Ils se rendirent enfin à la grotte mentionnée par leur informateur, mais peu de traces étaient encore exploitables sur les lieux. Le départ de l’homme de cet endroit n’avait pas été violent, mais au contraire paraissait calme et préparé. Le résidu d’une note brûlée fut retrouvé dans la cendre du foyer de l’abris. Un bout de papier inutilisable désormais, mais qui portait en coin les traces des maillons d’une chaîne stylisée. Le symbole de l’Empire de Garlemald. Ce qui laissait peu de doute, désormais, sur l'existence d'un lien entre ces disparitions et l’action de l’ennemi...

Mais il faudrait bien plus que cela pour connaître et percer à jour les plans des Garlemaldais.

Le Spectre Exilé,
27ième Soleil du mois d'Halone.

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Jeu 11 Mai - 22:44

Écrit par Deimos



[ Extraits des Chroniques de la Compagnie Fantôme - Chapitre II - Le piège et l'appât ]

Après de longs échanges sur la meilleure manière d'exposer au grand jour les manoeuvres des Impériaux, la décision fût finalement prise, dans le plus grand secret. Callidia devrait trahir la Compagnie Fantôme. Tout comme certains membres de sa race, qui avaient établi un contact avec les forces de l'Empire dernièrement.

Au bout d'une sinistre mise en scène, qui alla jusqu'à placer le doute dans le cœur de certains compagnons, le Spectre Exilé fût enlevé par la crépusculaire, au cours d'une mission dans les souterrains des vestiges enfouis de Gelmorra.

Dans de nombreuses tavernes, des affiches proposant une rançon pour la capture de la crépusculaire furent apposées. Des rumeurs furent également lancées avec le soutien de quelques informateurs locaux.

Enfin, après quelques jours, la proie mordit à l'hameçon. Un contact fut établi avec la lionne de Gelmorra, alors qu'elle veillait dans un endroit reculé et isolé, sur sa précieuse prise.


Une fois les modalités de la rencontre définies, entre la traîtresse crépusculaire et l'ennemi, la compagnie se prépara à refermer les griffes de son piège tendu. Ceux qui voyaient là une occasion de mettre la main sur un des deux officiers, d'un groupe qui formait à présent une douloureuse épine dans le pied des forces impériales locales, goûteraient à une amère vengeance.

L'objectif de la compagnie était simple : capturer à son tour un officier Garlemaldais, en faction dans la zone des disparitions constatées.
Le jour arriva enfin, où la rencontre devait avoir lieu. Quand les forces ennemis se révélèrent, la Compagnie déchaîna sur elles tout son courroux et sa stratégie, afin de ne pas laisser passer cette occasion, qui, elle le savait, serait probablement unique dans son histoire.

Au terme d'un combat soutenu, les compagnons entourèrent l'officier impérial, en charge de l'unité de contact, et l'emportèrent par la suite, via l'aéronef "Chimaera" dans les geôles lugubres de Castrum Justitiae.

Personne ne le revit jamais en ressortir.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mémoire du Renard Bleu

Message par Khorijin Dotharl le Jeu 11 Mai - 22:45

<Extrait des souvenirs du Renard Bleu, lorsque sa route rencontra celle de la Compagnie Fantôme.>

Lyun Zaska a écrit:Je ne sais pas vraiment ce qu'ils font. Je les vois passer dans le Refuge, souvent la mine fermée, parfois recouverts de sang.

Je n'ai pas peur qu'ils fassent fuir mes clients et puis, qu'importe si mes clients fuient. Ils ont sauvé mes sœurs, même bannie et loin d'elles, elles sont toujours mon clan et ma famille.
Je ne suis pas aussi courageuse qu'eux, ni une grande archère, si je peux leurs offrir la douceur d'une nuit, la chaleur d'un repas et un bain aux plantes, c'est ce que je ferrai, c'est bien tout ce que je peux faire sans mon clan. Ça sera ma façon de les soutenir pour sauver ma forêt.

Ils vont et viennent dans la cave que j'ai aménagée pour eux. Je n'ai pas pu m’empêcher d'entendre ce qu'ils cherchaient, des passages dans les vieux souterrains sur le territoire des Elezens, pour dénicher un camp de l'Empire.

Mais j'ai entendu d'autre rumeur sur ces tunnels. Un monstre, une bête qui aurait remonté des profondeurs. Les mandats pour sa mort ou sa capture sont de plus en plus nombreux. Je vois des groupes de voyageurs et d'aventuriers se lancer à sa recherche, sans jamais revenir, ou moins nombreux...

Je les ai mis en garde bien sur, mais ils veulent passer par ces tunnels à tout prix. Je vais chercher la bête et servir d'éclaireur, pour leur faire gagner du temps. Et eux, ils vont aller voir la Maîtresse d'Eihij'li pour trouver des cartes, pour noter leurs passages.
Je ne sais pas trop si elle leur donnera. C'est une Pajale un peu étrange, parfois, elle me met mal à l'aise...


<Les extraits reprennent quelques jours plus tard>

Lyun Zaska a écrit:Je ne sais pas comment ils ont réussis à convaincre Issa-ae-sun, mais ils ont eu des cartes. Ce n'est vraiment pas une Pajale comme les autres, comme si elle cachait en elle une grande colère.

La Compagnie Fantôme à recopié la carte et l'a protégé avec une plaque de verre épais. Je vais les guider dans les tunnels, enfin, le Renard bleu va les guider.
Et grâce à la Crépusculaire, je ne me perdrai pas pendant des heures comme la dernière fois. Sans la lune et les étoiles, c'est difficile de se repérer. J'ai cru que je ne sortirai jamais de ce labyrinthe...

Nous avançons petit à petit. Grâce à Callidia, je commence à retrouver ma route, les marques que j'avais laissées la dernière fois, je me repère de mieux en mieux. Elle regarde souvent la carte et avec elle, je les guide petit à petit dans les dédales...

Puis on arrive devant la première grille. Un passage d'un tunnel bloqué par les machines de l'Empire. Des tourelles, des patrouilles, c'est dangereux, même trop pour eux, car ils notent, mais n'attaquent pas.
Ils me demandent de leur montrer les autres passages, heure après heure, nous continuons à avancer, à noter chaque passage, chaque tournant. Nous comptons cinq accès bloqués par l'Empire. Les autres sont effondrés sur eux même ou laissent un vide béant en dessous, un abîme inquiétant d’où provient parfois des sons déformés, je déteste ça.

Il n'y a qu'une seule solution, si ils veulent atteindre le cœur des tunnels, l'endroit entouré sur leur carte.
Je sais bien qu'ils vont me demander d'y aller, je ne peux pas vraiment les convaincre du contraire.
Le tunnel qu'occupe la bête, c'est le seul passage qui n'est pas surveillé par l'Empire et qui pourrait mener à leur point de chute.
Je suis sure d'avoir vu des équipements Impériaux déchiquetés la dernière fois, la bas. Elle ne fait pas de distinction.


Lyun Zaska a écrit:J'appréhende, mais je les guide vers le monstre. Nous prenons une pente raide pendant plusieurs minutes, alors qu'à la fatigue vient s'ajouter une chaleur écrasante, de plus en plus étouffante à chaque pas que nous faisons.

Puis l'odeur des chairs en décomposition montent à nos narines. Ils commencent à comprendre ce qui les attend.
Nous arrivons finalement, je m’arrête au coin d'un détour, je ne veux pas aller plus loin. D'ici, on peut déjà voir les restes des derniers repas du monstre, des ossements, des morceaux de cadavres encore frais, d'autres un peu plus vieux.

Ils ne connaissent peut-être pas les histoires et les légendes qu'on raconte sur les monstres qui vivent dans les tunnels "en bas" mais moi si. Je veux partir.
Le Maître de leur compagnie veut avancer, il veut ouvrir le passage dont ils ont besoin. J'essaie de les convaincre de partir, Chisame et Loki ne se sentent pas bien, ils sont tombés au sol, ils se tiennent la tête. Je crois qu'ils disent que c'est à cause de l'Ether.

Je ne sais pas quoi faire, je suis juste le Renard Bleu, une chasseresse de nuit, je ne veux pas affronter un monstre, mais je ne peux pas les laisser ici.

Le Maître de la Compagnie à dit quelque chose d'étrange, puis il a levé son épée et à commencé à charger alors qu'une ombre distordue se projetait sur les parois en notre direction.
J’entends la bête respirer, gémir et grogner. Quelque chose en moi me hurle de partir, mais mes jambes ne bougent pas. Tout est confus, la Compagnie Fantôme se dispute autour de moi et je sens le monstre approcher.

La Xaela aux cheveux blanc hurle de partir mais elle suit le Chevalier noir dans l'autre direction, Callidia m’attrape par l'épaule, je trouves finalement la force de bouger. Je soulève Chisame, Callidia soulève Loki et nous nous mettons à courir à l'opposée des deux Xaelas.

J'ai l'impression que mon coeur va s'arracher à ma poitrine, Chisame et moi jetons un oeil en arrière et en apercevant un bras pourvu de griffes racler la roche devant Jaghatai, nous hurlons de peur.

Je vois le petit dragonnet bleu agiter ses ailes de toutes ses forces pour nous suivre dans la fuite, puis d'un coup, il me dépasse, propulsé par le souffle d'une explosion de feu derrière nous.

Nous tombons toute les deux en avant, la roche écorche notre peau et notre armure. Hébétés, nous retrouvons les autres autour de nous, tous aussi hagards.

Callidia se retourne, elle à vue le corps de la Xaela inerte sur le sol et le Chevalier noir semble dans un état critique. Elle me dit de veiller sur ses compagnons et de les faire sortir et je la vois courir vers son amie pour la récupérer.

J'ai peur, j'aimerais que Zhuni soit la pour me dire quoi faire.
Je respire un grand coup, je me relève, je relève Chisame. Loki et le dragonnet me suivent, nous nous remettons à courir. Je me concentre sur les traces que j'ai laissé sur la roche pour suivre mon chemin. La course me semble interminable, mes poumons me brûlent. Ou est Callidia ?

Je vois enfin la lueur de Menphina au loin, j’accélère le pas.

La pluie fraîche de la foret vient nous accueillir à la sortie du tunnel. J'inspire profondément, les odeurs autour de moi, la lumière de la lune me rassure, je retrouve mon souffle petit à petit, les yeux clos.

J’entends Callidia revenir avec la Xaela inerte dans ses bras, puis quelques temps après, le Chevalier noir sur son cheval étrange. Le couple est très blessé.

Le calme retombe, je dois rentrer au Refuge discrètement. La Compagnie Fantôme retrouvera sa route sans moi.

J'ai fais ce que je pouvais pour les aider à avancer vers leur objectif, vers l'Empire. J'espère qu'ils vaincront.


[hrp]Résumés de plusieurs events courant Février.[/hrp]

_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que brûle Sombrelinceul

Message par Khorijin Dotharl le Dim 28 Mai - 13:00

<Extrait du journal personnel de Shar Dalamiq, écrit en dialecte Xaela.>


Shar Dalamiq a écrit:

La Compagnie Fantôme avait fixé un nouveau rendez-vous avec le Magistère en cette soirée. Ces demandes de rendez-vous sont toujours intéressantes et sérieuses, j'avais préparé de quoi noter et je savais qu'il ne s'agissait pas encore de cette affaire de masque.

Mais je ne pensais pas qu'ils tomberaient sur ma Mère avant moi. J'avais localisé sa présence il y a quelques jours, un peu avant que les mandats pour tuer la bête dans les tunnels ne fleurissent.
Il restait à savoir comment franchir les dédales et contacter la Compagnie pour notre accord, mais ils arrivèrent avant, me prenant de court sur la situation.

Le Magistère développait les possibilités liées à leur problème et plus les solutions et les détails se précisaient, plus il aurait été difficile de cacher la vérité aux membres de la Compagnie Fantôme. Un seul était au courant, du moins officiellement.

Avait-il prévenu ses compagnons, s'en doutait-il ?

Quoi qu'il en fut, je devais révéler mes secrets devant eux, ou ils auraient perdu le peu de confiance qu'ils avaient encore en moi et les conséquences auraient pu être plus difficile encore à résoudre.

J'ai choisis mes mots. Je devais faire en sorte qu'ils comprennent suffisamment la situation pour m'aider et me laisser agir. Et pas assez pour m'empêcher d'être présente.

J'avais besoin d'eux et ils avaient besoin de nous, la situation aurait pu paraître arrangeante pour tous, mais je sais que la finalité ne serait simple pour personne.

Nous avons finalement convenu officiellement d'un sort de protection utilisé pendant la guerre de Mhach contre les anciens Mages ayant dépassés les limites, transformant leurs corps en des créatures destructrices. Un sort coûteux et très difficile à réaliser et à maintenir, qui demanderait au Magistère beaucoup de risques, mais lui apporterait aussi beaucoup de gils.
C'était probablement cette présence toute similaire que représentait ma Mère qui mettait à mal leurs compagnons en sa présence.

Ile l'Exaltée. Elle n'avait pas choisi ce destin, mais c'était celui des Filles de Dalamud. Elle n'était pas comme les Mages de Mhach dont Dacien parlait, elle n'était pas avide de pouvoir et destructrice. Elle était simplement destinée à finir ainsi, comme moi, et j'aurais du la délivrer il y a longtemps de ce destin.

Le Malaguld semble se douter que le Maître de leur Compagnie ne me laissera pas partir, il sait ce qui se passera quand et si ma Mère sera tuée. Et ce qui risquera d'arriver ensuite.

Il tentera un accord. J'ai confiance en lui et si je doute, je sais qu'il aura encore besoin de moi pour sauvegarder ma vie encore quelques temps. Le temps que je trouve une solution.

Le Magistère nous à préparé une porte de sortie, au cas ou.


Shar Dalamiq a écrit:

Nous avons mis plusieurs jours à préparer le sort de protection, mais nous avons réussi et honorer la demande de la Compagnie Fantôme.
Nous les avons rejoints devant la Luciole Ambrée, ce refuge de Lavandière dans lequel je me rends parfois. Si certains me regardaient avec curiosité ou indifférence, je sentais le regard lourd et pourtant insondable du Maître de leur Compagnie sur moi.

Comme si il ne suffisait pas qu'il soit Dotharl, il est aussi dangereux et brisé que ma Mère, mais contenu dans cette armure et par une volonté plus forte. Mais si leurs yeux ne parviennent pas à voir qui je suis, alors ils ignorent peut être aussi qui il est.
Peut être vaut-il mieux qu'aucun ne puisse nous observer tels que nous sommes et que nous soyons tous deux seul à se jauger ainsi, comme deux prédateurs prêts à sortir leurs griffes.

Il semblerait que le Malaguld ait pu obtenir une trêve comme il l'avait dit, car pour l'instant l'épée du Chevalier ne se lève pas pour s'abattre sur moi et nous nous mettons en route vers les tunnels que la Compagnie a explorés quelques soleils plus tôt.

Parmi leurs compagnons, j'ai reconnu cette femme en armure maniant elle aussi une claymore, elle, ne semble pas m'avoir reconnue. Cette Compagnie Fantôme me semble parfois être semblable à une bête des Steppes, sans cesse dangereuse et imprévisible.

Qu'importe, nous nous approchions et je sentais de plus en plus sa présence. Ca ne faisait plus aucun doute, Ile l'Exaltée, ma Mère, du moins ce qu'il en restait à présent, était ici. Je devais rassembler mes esprits et me concentrer, car ce combat le Magistère m'y avait préparé depuis bien des lunes et nous ne pouvions échouer.
Tout notre travail, nos efforts ne pouvaient être vains.

Plus nous approchions plus sa présence se précisait, aussi douloureuse et brûlante que le mordant de l'acier dans les chairs. L'elezenne nous avait guidé jusqu'à un boyau plus large au coeur des tunnels, le sol jonché d'ossements et de restes humanoïdes, les rumeurs disant que de nombreux aventuriers avaient tenté leur chance se confirmant en même temps que cette odeur putride de chair pourrie qui s'était imprégnée dans la roche.

C'était la l'ultime demeure de ma pauvre Mère, réduite à chasser comme un animal, comme une bête mourante et effrayée. Si elle avait encore toute ses pensées, je sais que cette situation la couvrirait de honte, elle n'aurait pas voulu terminer l'air aussi misérable.

Je finis par apercevoir sa silhouette. Au centre de cette grotte humide et répugnante, son faible corps avait encore apparence humaine à cet instant. Sa peau était si pâle, ses traits creusés et tirés. L'émotion pour moi fut trop vive et je ne pouvais me retenir de lui porter secours et de croire que nous pouvions encore la sauver.
La serrer dans mes bras écrasa mon cœur dans une douleur que je n'avais jamais connu, une douleur qui paralysa mes pensées et mes gestes, tentant désespérément de la relever alors que je cherchais du regard l'approbation du Magistère ou celle du Malaguld.

Leurs esprits étaient heureusement moins embrumés que le mien et alors que le peu de volonté qui restait à ma Mère lui échappait, je tentais de me forcer à lâcher cette emprise qui la condamnerait à mort.

L'elezenne voulu me ramener vers le groupe, le corps d'Ile l'Exaltée commençait à de distordre sous les effets du pacte avec le néant. Le contact avec sa peau qui me semblait si froide me donna ce qu'il me fallait pour me permettre de retrouver mes esprits, empoignant son bras je nous ramenais toute deux à l'aide d'un sort, hors de portée des griffes du démon qui se dressait à présent devant nous tous.


Shar Dalamiq a écrit:

Le combat fut terrible. Les guerriers de la Compagnie Fantôme se battaient avec férocité et je devinais en observant le combat que la proximité avec le démon devait altérer leurs sens et était lourde à supporter.
Le groupe à distance avait un peu plus de répit alors que le sortilège complexe du Magistère nous protégeait des effets néfaste de la Magie de néant ainsi exposée à nous.

Je voyais encore son corps entremêlé à un monstre qui avait déformé ses bras et ses jambes en des gueules béantes sans visages, exhibant seulement des rangés de crocs acérés qui déchiraient les chairs. Comme une sculpture cauchemardesque taillée dans la chair.

Par Dalamud, nos ancêtres savaient elles ce qu'elles faisaient en concluant ce pacte ?

Alors que les armes et les sorts fusaient et se déchaînaient, je sentais le lien avec le don de ma Mère me renforcer depuis qu'elle s'était éveillée, éclairer mon esprit en même temps qu'il l'enivrait, mes incantations de feu Astral me semblant plus destructrices et plus redoutables que jamais.
J'étais comme dans un état second, ou mon corps agissait par instinct sans se tromper, sans manquer sa cible et sans faiblir.

A force de coups destructeurs, moi et mes alliés éphémères de la Compagnie Fantôme avions largement affaibli le démon, jusqu'à ce qu'il rende enfin son dernier souffle, sans que je ne réalise encore que ma Mère partait à présent rejoindre nos ancêtres.

La passation du Don brouilla davantage mon esprit, je ne me souviens plus avec exactitude, ce qui s'est passé ensuite. Je me souviens avoir récupéré les restes d’apparence encore humaine de ma Mère et avoir quitté les lieux, en vie.

J'imagine alors, que la Compagnie Fantôme eut ce qu'elle désirait de ce combat, autrement je n'aurais pu revenir écrire ces lignes.
Je sais néanmoins qu'avec ou sans eux et leurs intentions troubles, ma vie est encore en sursit et même en possession de mon héritage et sous la protection du Magistère, je ne serais jamais en sécurité.


_________________
avatar
Khorijin Dotharl

Messages : 693
Date d'inscription : 07/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum